Sandrine Destombes : les jumeaux d Piolenc
Sandrine Destombes : les jumeaux de Piolenc

 

 

Titre: les jumeaux de Piolenc

 

Auteur: Sandrine Destombes

 

Editeur:

Hugo Thriller(2018) 19,95 euros

 

Nombre de pages : 398 

 

 

 

 

 Si vous aimez les excellents thrillers psychologiques, si vous rêvez d’un nouveau coup de cœur , si vous désirez vous plonger dans un polar addictif,  si vous recherchez un page turner,  n’hésitez plus les jumeaux de Piolenc de Sandrine Destombes sont votre prochain livre de chevet. Une grande découverte pour une auteure de talent, un thriller prenant, captivant, incisif. Une ambiance oppressante dans ce village du Vaucluse , on se connait, on croit se connaitre, mais se connait on vraiment ? L’art du non-dit, de l’omniprésent . Un thriller déroutant et envoutant car le miroir de l’âme n’est peut-être que le reflet de l’autre. 

Un scénario parfaitement imbriqué avec le fil de l’histoire et en symbiose avec la personnalité plus ou moins écorchée des personnages, leurs failles, leurs ruptures, leurs doutes, leurs secrets, leurs tourments ont été pensés , réfléchis, analysés .

 

Aout 1989 , village de Piolenc, deux jumeaux âgés de 11ans , Solène et Raphael , lors de la fête de l’ail disparaissent. Les recherches ne donnent rien. Hélas 3 mois plus tard, on découvre le corps sans vie de la petite Solène vêtu d’une robe blanche et d’une couronne de fleurs, quant à Raphael, il ne sera jamais  retrouvé  Juin 2018, village de Piolenc , de nouveaux enfants disparaissent. Le passé se réveille. L’histoire semble se renouveler et le climat de psychose renait, tous étant conscient que pour retrouver ces enfants vivants , il faut tout reprendre depuis le début quitte à déterrer des secrets bien enfouis et à affronter le visage de la réalité. Et connaitre enfin , la triste vérité. Et quelle vérité!

 

 

L’auteur montre la fragilité des enfants, futurs adultes, de leur personnalité en pleine mutation,  les dangers des rencontres virtuelles faites à travers les réseaux sociaux, la complexité d’être parent. Etre ou ne pas être ce que l’on est et paraitre être un autre , jouer la comédie de l’être.  Beaucoup de thèmes ainsi évoqués dans ce thriller, très belle réussite!

Bernard Minier : Soeurs
Bernard Minier : Soeurs

 

 

Titre: Soeurs

 

Auteur: Bernard Minier

 

Editeur : XO éditions

 

Nombre de pages

 

 

 

 

C'est un bon polar,  bien rodé  Sœurs de Bernard Minier. Un thriller où il est question de peur, de soumission, de mensonges, de fascination. L’auteur va jouer sur un présent passé en faisant des aller retour et va nous faire aller à la rencontre de son héros récurrent Servaz , du temps où il n’était que jeune inspecteur , il va nous affiner sa personnalité , et mettre de côté son ennemi intime Hirtmann,  au profit d’un autre personnage Erik Lang, assez fascinant avouons le ,  qui va permettre à travers lui d’évoquer le métier de romancier. 

Une des scènes fortes du roman qui durent plus de 50 pages est un huis clos , c’est la scène de la garde à vue, une scène intense. Une partie d’échec , où tour à tour chacun avance ses pions, attaque , contrecarre,  une partie de poker où chacun bluffe,  feinte, … La tension palpable allant crescendo. 

1993,  tout jeune inspecteur, Servaz  participe à l’enquête sur le meurtre de deux sœurs Alice et Ambre d’une vingtaine d’années, retrouvées mortes, habillées d’une robe de communiante. Il croise alors la route d’Erik Lang , homme cultivé, vicieux et manipulateur,  auteur de thrillers à succès admiré jusqu’à l’obsession par ses lecteurs , adulé par nos deux victimes.  Vingt-cinq ans plus tard, Servaz retrouve Lang : son épouse vient d’être tuée… vêtue de la même tenue qu’Alice et Ambre.

Entre le flic et l’écrivain, un nouveau bras de fer commence,  une nouvelle partie s’engage. 

Etait-ce lui le meurtrier en 1993, a t’-il  récidivé en 2018 ? Beaucoup de questions qui tourmentent Servaz

Histoire aux multiples mystifications, mensonges, manipulations , rebondissements et coups de théâtre , tout  ce qui est nécessaire à tout bon roman du genre , les petits bémols , car il y en a quand même , je dirais quelques longueurs ici et le fait que la fin soit  assez prévisible et entendue

 

Michael Nerjat: Black Dragons Juniors
Michael Nerjat: Black Dragons Juniors

 

Titre: Black dragons juniors

 

Auteur: Michael Nerjat

 

Editeur: Présence Africaine

 

 

Nombre de pages

 

 

 

 

 

Black Dragon Junior de Michael Nerjat ,  tous les ingrédients d’un très bon roman noir, toutes les composantes d’un bon polar: de l'action, de la puissance, du suspens, des personnages dépeints avec brio.

 Un roman vrai écrit avec force, avec le cœur , avec les tripes , cela se sent, se ressent et se vit à travers chaque page du livre.

Un style vivant , moderne, une rythmique et un tempo du roman qui vont crescendo avec l’action, avec la montée de la violence, avec les bagarres , les balles qui sifflent et raisonnent dans un bain de sang pas de temps mort.

L’action se déroule dans une cité sensible à Sartrouville, au début de l’été 1995. Michaël est un jeune Antillais qui vient d’avoir 18 ans. Il mène une vie tranquille , jusqu’au moment où sa route croise celle d’un gang. Le jeune homme va être fasciné par ces personnages et sa vie va en être bouleversée. 

S Boss , le chef du gang l’enrôle au sein des Black Dragons Juniors .... qui est une unité d’élite au service des célèbres Black Dragons ... Des rites et des initiations aux combats , aux maniements des armes vont suivre ....Le but , lutter contre les bandes rivales sévissant dans la capitale.

. Adieu , le jeune homme innocent, Michael devient une sorte de guerrier, combattant ceux qu’il considère comme les ennemis , au risque hélas de se perdre et de sombrer dans l’irréversible , dans un engrenage de violence sans foi ni loi ...

Michael va donc livrer un double combat , celui avec ses frères d’arme et un combat intérieur , plus déchirant , rester lui-même envers et contre tout 

Un fort bon polar , où noirceur , fiction et réalité forment une combustion où se mèlent des sentiments forts, de l’émotion , de l’intensité. Un roman qui sent le vécu , un roman qui parle d’amour, d’amitié, de famille,  de passion, de doute, de remise en question,  de souffrance, un témoignage sur le  dépassement de soi et la sublimation ... Etre celui que l’on voudrait être sans perdre les marques de qui on est réellement 

Un bon roman noir que je vous conseille 

Denis Zott , maudite
Denis Zott, maudite

 

Titre : Maudite

 

Auteur: Denis Zott

 

Editeur:

Hugo Thriller , 19,95 euros

 

Nombre de pages : 413 

 

 

Quand j’ai rencontré Denis Zott,  je me suis laissée séduire par son Maudite, je m’attendais à un bon thriller structuré dans la digne lignée des thrillers.  Quel coup de maitre, cher Denis, car je suis bluffée par ce roman.

 

Loin des sentiers battus , un roman noir fulgurant à la fois terrible et caustique , des jeux de scène éprouvants qui parfois font sourire grâce à une plume magistrale dont l’auteur fait preuve, un mélange de cynisme, d’ironie, un rythme vif ponctué de nombreux dialogues , un langage de la rue dans une stylistique parfaite.

 

Un livre cru, dur et criant de vérité , un Marseille plus noir que noir et pourtant si attachant, des personnages qui volontairement ne suscitent aucune empathie, car ils sont tous aussi sombres que possibles, pas tous  pourris , mais pas blancs  comme neige  et surtout pour certains bien gangrenés . Même la jolie Luce, lumière de vie qui attise et attire les feux des passions , victime et manipulatrice.

Pour elle,  j’ai un petit faible , une personnalité décalée, mélange de fragilité et de force.

Maudite, c’est un mélange explosif, de la violence en tout genre, une descente aux enfers , des cités marseillaises montrées sans fard et sans état d’âme , drogue , viol, menaces , meurtres, banditisme. 

 

Belle Luce de 16 ans, fichue dehors par sa mère qui l’a maudite. Sans famille, elle se retrouve enceinte de jumeaux et vit avec Tony Beretta , un dealer, fou de foot , pour qui son sacerdoce est l’Ohème , surnommé « la légende » par les ultras , l’ohème est son amour, sa passion , sa vie . Ce fameux vendredi , match du classico le stade vélodrome vibre et c’est hélas au penalty décisif, que Luce déclenche sans le vouloir une panne de courant et fait exploser de rage Tony, interdit de stade , condamner à voir ses dieux du stade sur un écran... Sa raison le lâche et il envoie son pied dans le ventre de Luce, un ballon pour un ballon. En sang, se traînant avec ses petits , son avenir à elle dans le ventre , elle va lui voler sa drogue , son argent et détruire à tout ce qu’il tenait 

 

Un livre à découvrir absolument