Théodore Bourdeau : les petits garçons
Théodore Bourdeau : les petits garçons

 

 

 

Titre : les petits garçons

 

Auteur : Théodore Bourdeau

 

Editeur : Stock

 

 

 

 

 

Garder un regard d’enfant malgré le temps qui passe, malgré une société dont la gravité vous ravi votre innocence, un beau coup de cœur pour un roman plein de fraicheur et de légèreté, une écriture douce avec un souffle de gaieté, un zeste d’autodérision, une écriture qui au fur et à mesure que le narrateur mûrit , prend de l’ampleur, s’émancipe , se débride.
 Les petits garçons de Théodore Bourdeau , un roman moderne, un 1er roman qui mêle la tendresse de l’enfance, les erreurs de jeunesse, un roman d’apprentissage, sur les années qui s’écoulent nous entraînant, jeunes enfants d’hier, adultes d’aujourd’hui avec parfois ce fol espoir de retourner en arrière juste un instant , la magie de retrouver cette enfance heureuse. 
L'auteur signe là un roman d’amitié, celle qui dure, perdure malgré les années et les différences, un roman où les petits enfants et les grands enfants sont les mêmes , car nous conservons une âme d’enfant en nous même
.
Le récit de deux amis naviguant de l’enfance, à l’adolescence jusqu’à l’âge adulte, le narrateur garçon indécis, tendre, un rien perdu, attitude dilettante,plus intéressé par l’éveil de sa vie sexuelle que de son avenir, un garçon tellement attachant; son meilleur ami Grégoire, fils d’un industriel fortuné, gravit sans peine les marches du monde scolaire pour finir par intégrer l’ENA et accomplir le destin qu’il s’est tracé. 
Et autour deux? Des filles, des émois, des amours éphémères, des femmes, des amours fulgurants et passionnels de brefs instants et les amours d’une vie, les femmes qu’on n’oubliera jamais. En toile de fond une société en pleine mutation, par une violence au nouveau visage, par une société en pleine évolution
L’auteur nous livre un message intemporel , en ne positionnant son récit ni dans le temps , ni dans l’espace , il lui confère un aspect universel en ne nommant pas ce narrateur qui pourrait être n’importe qui , et en qui on s’identifie si facilement 
Le plus beau, c’est que ni l’un ni l’autre ne prétend avoir réussi .
Car envers et contre tout ce sont deux petits garçons que l’amitié a uni pour la vie 
Un roman émouvant que je vous conseille 

Caroline Caugant : les heures solaires
Caroline Caugant : les heures solaires

 

 

 

Titre :  Les heures solaires

 

Auteur : Caroline Caugant

 

Editeur  : Arpège Stock

 

 

 

 

 

Coup de cœur ❤️ pour un roman enchevêtré, alambiqué, un récit composé telle une mosaïque, Avec Les heures solaires, Caroline Caugant signe un roman sur la mémoire familiale, à travers l’histoire de trois générations de femmes, un récit à troix voix ramification d’une seule voix celle de Billie.  Un travail de mémoire présent, passé, mémoire oubliée , volontairement, involontairement, un retour au source,  une plongée en eaux troubles, des souvenirs enfouis, refoulés qui remontent à la surface, des secrets de famille dévoilés. Des destins à l’origine d’autres destins qui ont tracé la voie 

Vivre un présent, sans attaches réelles, avec un homme qu’on aime sans vouloir l’aimer tout en l’aimant , avec les relans du passé qu’on a voulu occultés comme s’il n’avait jamais existé, c’est ce qu’a tenté de faire Billie , artiste trentenaire, qui vit à Paris où elle a débarqué à l’âge de 17 ans, pour fuir V. 

Mais voilà , que le passé l’éclabousse, quand elle reçoit un appel lui apprenant la mort de sa mère Louise qui s’est noyée , Louise , qui souffrait de démence , dont la mémoire s’en était allée et qu’elle n’a pas revue depuis plusieurs années. Billie doit revoir V, faire face à ce passé fuyant. De là Tout s’imbrique et tout se mélange dans l' esprit de Billie, le je du temps présent, mélangé aux flash back et souvenirs du passé

Un retour sur elle-même, sur Lila cette sœur de cœur , sur Louise, qui l’a si mal aimé , pas prête , fragile, ce père absent qu’elle n’a pas connu pense t’elle .... Car Billie reconstitue le puzzle de son passé source de son présent, retrouve les lettres d’amour d’Adèle sa grand-mère, qu’elle n’a jamais connu , à un soldat durant la seconde guerre mondiale .... 3 visages de femmes, avec leurs amours, leurs doutes, leurs rêves éteints, des parcours de vie qui ont conditionné chacune et à la fin pour Billie, peut être , le soleil d’une nouvelle vie, ayant fait la paix avec les heures du passé 

Un très bon roman féminin au rythme travaillé, à l’écriture lyrique et envoûtante que je vous recommande 

Merci aux éditions Stock et à Netgalley pour ce SP

Alain-Fabien Delon; De la race des seigneurs
Alain-Fabien Delon: De la race des seigneurs

 

 

Titre: De la race des seigneurs

 

Auteur: Alain-Fabien Delon

 

Editeur: Stock 

 

 

 

 

 

 

Belle surprise que ce premier roman de Alain-Fabien Delon, de la race des seigneurs, alors oui, je vous avoue je vais laisser de côté les controverses, roman, autobiographie, fiction autobiographique. Je ne me suis pas intéressée à Alain-Fabien fils de Alain Delon mais à Alain-Fabien l’auteur. 

J'ai été séduite par l’écriture pleine de vigueur, de vivacité , un rien nerveuse ce qui donne la rythmique au roman. Passé, présent alternent dans ce récit confession ce qui crée une scénique vivante. Un style épuré, une écriture minimale, des détails pertinents, des mots évocateurs d’idée.
En toile de fond, une émotion, parfois à fleur de peau, parfois juste un souffle , un roman psychologique sans une psychologie annoncée par des mots , mais par des actes qui nous révèlent leurs états d’esprit et leurs états d’âme,
Alexandre Delval, dix-huit ans, est le fils d'un grand acteur Alexandre Delval, un monument, un géant, une star. Il vit dans son ombre, espérant ne plus être seulement « le fils de ». Un père plutôt maladroit, distant qui ne descend presque jamais de son piédestal , parfois aimant, presque indulgent, mais toujours d’une grande exigence et d’une sévérité.
Une image paternelle qui l’absorbe de son ogre domination. Un fils qui suit la voie royale de son père , mais voilà dès que la gloire l’effleure, lui fait signe, se rapproche, une peur prend le pas , une crainte de croiser le fer avec ce succès qui lui tend la main .
Un gosse riche me direz vous, pas seulement, un jeune homme qui se cherche et dont les travers et l'excès sont un refuge dans lequel il se noie; alcool, drogues, violence. Jusqu'à cette bagarre qui le mènera dans le cabinet de ce psychiatre qui l’a recueilli et à qui il raconte son histoire et son dilemme . Mais, une ne nuit peut-elle changer une vie ? 
Un roman qui nous montre les relations entre un père et un fils, les difficultés engendrées par la filiation dans les milieux artistiques et médiatiques (les échos faits à la sortie du livre en sont la preuve). Il montre qu’être le fils de, peut être certes un sesame, mais aussi une prison où la clé sera arrivée à être ...soi 
Un beau roman et j’attends vos avis si vous l’avez lu
merci aux éditions stocks et à net galleyfrance pour ce SP 

Olivier Merle / Libre d'aimer
Olivier Merle : Libre d'aimer

 

 

 

TITRE : Libre d'aimer

 

AUTEUR : Olivier Merle

 

EDITEUR : xo Editions 

 

 

 

 

 

Gros coup de cœur pour Libre d’aimer d’Olivier Merle ❤️❤️❤️ Quel magnifique roman d’amour, une passion brûlante, intense, fusionnelle entre deux femmes sous l'Occupation, un très beau jeu scénique plein de volupté, des images théatrales , on ressent le jeu des regards, des corps qui se frôlent, des mains qui s’effleurent , des bouches qui s’apprivoisent, des cœurs qui s’étreignent.
Une belle écriture qui a su capter et retranscrire les sentiments féminins 
Deux femmes que tout oppose et que l’amour va réunir ... En pleine occupation
...
Esther, a vingt ans, elle est juive, ses parents viennent de de se faire arrêter , mais juste avant ils ont eu le temps de la cacher, elle erre comme une âme perdue dans un Paris devenu hostile , elle est juive, elle est mineure, elle n’a plus rien et pourtant son regard va croiser dans un café une femme fascinante , un regard qui la porte et lui donne l’oxygène pour survivre 
Cette femme c’est Thérèse Dorval, elle est sublime, altière, riche, mal marié à un industriel proche des allemands et l’air de rien , elle a remarqué, cette frèle silhouette qui l’épie jour après jour ...elle l’a prend sous son aile.
Esther devient la bonne des Dorval , mais surtout devient "le petit amour" de Thérèse. 
L’occupation est en toile de fond du roman , elle n’en est pas l’essence, un filigrane qui maintient une pression, une tension , l’essence du récit est cet amour sans mesure entre ses deux femmes dans un contexte où les relations homosexuelles sont passibles de déportation. Sans oublier que les femmes n'ont pas beaucoup de droits. Elles sont sous la domination d'un père, puis ensuite d'un mari. Une histoire qui se veut lointaine et qui ne devrait plus être de circonstance et pourtant elle est si proche, si réelle, dans notre contexte actuelle si fragile 
Un roman qui m’a touchée, m’a émue, un souffle de vie , de bonheur, d’amour passionnel ou si demain, on devait perdre l’être aimé, la vie serait insurmontable .
A découvrir absolument
🌹 
Merci aux éditions xo et netgalley pour ce Sp