Amélie Antoine : raisons obscures
Amélie Antoine: raisons obscures

 

 

 

 

Titre : Raisons obscures

 

Auteur : Amélie Antoine

 

Editeur : Xo éditions

 

 

 

 

Coup de foudre livresque ❤️❤️❤️ pour un roman bouleversant, déchirant, inoubliable: raisons obscures d’Amélie Antoine. Vous ne pourrez pas sortir de cette lecture sans un serrement au cœur, la gorge nouée, le regard embué. C’est en virtuose que l’auteure nous conte cette histoire, elle analyse, décortique l’âme humaine avec perfection. 

Une écriture forte, puissante, douloureuse, émotionnelle qui irradie et vous transperce ....Des personnages qui vous touchent, vous émeuvent au plus profond de vous-même. 
Une construction stratégique , une analyse psychologique fine, un bûcher qui prend feu au fil des pages, avant de s’embraser dans nos cœurs et nos esprits. 
Tout commence par un coup de téléphone, une femme qui doit se rendre dans un commissariat ....On ne veut rien lui dire ... la peur au ventre, pour les siens , son mari ses enfants ......
Deux familles qui vivent dans une même ville, se croisent parfois sans vraiment se connaître. La famille Kessler , Yanis et Laetitia , leurs trois enfants , Marjorie, Laetitia et Ezio et la famille Mariani Frédéric et Claire , leurs deux enfants Sarah et Clément . Deux couples qui se mentent Laetitia ment à Yanis et Frédéric ment à Claire, deux couples qui se cherchent, se trouvent, se retrouvent, des non dit, des silences, des incompréhensions. Des enfants qui naviguent dans ses eaux familiales à la recherche d’eux-mêmes , de leur vie, de leur destinée, enfants parfois trop présents, trop absents, on les voit sans les voir, les comprend sans les comprendre absorbés par ses soucis d’adultes où les autre deviennent transparents 
Sarah à qui on décèle un diabète et qui le cache à tous, Clément qui espère changer le cours de cette maladie en fabricant des grues en papier et Orlane , qui m’a chavirée , bouleversée 
Un drame en deux actes,les parents,les enfants et ce qu'on ne sait pas. Un roman psychologique maitrisé de main de maitre , un drame sur un sujet d'actualité que je ne peux évoquer pour ne pas vous dévoiler l’intrigue, cette montée en puissance, ce paroxysme effroyable conduisant au pire. 
Un roman magistral que je vous conseille vivement

Merci à XO éditions et à Netgalley

Clélie Avit : l'expérience de la pluie
Clélie Avit : l'expérience de la pluie

 

 

Titre : L'expérience de la pluie 

 

Auteur: Clélie Avit 

 

Editeur: Plon

 

 

 

 

 

 

 Un très joli roman lumineux sur l’autisme, une ballade en terre inconnue plein de tendresse et d‘émotions...Mais une émotion pas quantifiable, une émotion distillée au compte-goutte pour montrer cette difficulté de l’approche de l’autre quand chacun est dans sa bulle protectrice. Ceci, je vous le concède peu perturber le lecteur qui y verra un manque d’émotion, voir même une lenteur, ou une apesanteur. Mais je pense que c’est un choix de l’auteure,  pour nous faire ressentir cette difficulté de communication, de démonstration d’amour, cette crainte des éléments , de certaines sensations .

Clélie Avit signe avec l’expérience de la pluie, un roman plein de poésie, une invitation au voyage dans la bulle de l’autre pour le comprendre, l’apprivoiser , l'aimer.

Camille est atteinte du syndrome d’asperger, tout comme son petit garçon  Arthur âgé de 6 ans . Elle a eu une enfance solitaire et compliquée par des parents qui ne l’ont pas vraiment comprise. Ils vivent tous les deux loin des gens , du monde qui les entoure. Ils ont créé une harmonie fusionnelle entre eux qui tient à un fil de 2 mètres , pas de contact plus près , sinon c’est la crise pour Arthur et l’angoisse pour Camille. L’auteure nous montre ses difficultés rencontrées chez les personnes atteintes de ce symptôme. Elle met ici plus en exergue l’hypersensibilité sensorielle et notamment celle du toucher , comme quoi de simples gouttes de pluie sur un corps peut les perturber 

Dans le sillon de ces deux êtres va tenter de pénétrer Aurélien, attachant personnage, homme blessé qui veut apprendre,  comprendre cette femme, cet enfant. Il aime leur authenticité,  Il veut pénétrer cette bulle de vie qu’ils forment. Un roman choral, un roman des cœurs qui aiment à leur façon, mais qui ont du mal à se laisser aimer. 

Une Camille qui est touchante, émouvante et sensible et Arthur, c'est notre notre petit prince revisité .... Un roman que je vous conseille pour sa délicatesse, pour cet approche de l'autisme. 

#lexperiencedelapluie  #clelieavit  #editionsplon  #netgalleyfrance

Thierry Bizot : Un petit coup de jeune
Thierry Bizot : Un petit coup de jeune

 

 

Titre : Un petit coup de jeune

 

Auteur: Thierry Bizot

 

Editeur: seuil 

 

 

 

 

 

 

Un régal acide et caustique, drôle et ironique ....Propos tendres et grinçants. Un petit coup de jeune est un roman tout en contraste et en finesse, l’auteur Thierry Bizot se complet à passer au crible et distiller notre société moderne, ses dérives, le tout vu et analysé par le cerveau d’un homme bloqué en 2001 et à son corps défendant forcé de découvrir 2017 et pire encore de devoir s’y adapter.
Tout y passe relations familiales, sexualité, réseaux sociaux, hypocrisie de notre monde.
2001, Éric Sadge a 35 ans, marié à Catherine, ils ont un fils, Nicolas 7 ans.Il est chroniqueur pour une émission culturelle, «Culture? Vous avez dit culture ! »
Un matin, il se réveille à l’hôpital après un accident de voiture. Nous sommes le 12 mai 2017. Son dernier souvenir remonte à la veille où il emmenait son fils à une compétition de judo, mais ça c’était le 24 septembre 2001. 16 années se sont écoulées… quel choc, il ne se souvient de rien, 16 ans de néant.
Il a maintenant 51 ans, son fils 23. Et Il doit réapprendre à vivre dans un monde dont il ne connait plus rien et les choses ont changé, il hallucine !! Ses proches ont évolué, son épouse chérie est devenue son ex et s’est un rien empâtée, son fils ne trouve guère grâce à ses yeux tant il ne reconnait pas ce qu’il est devenu. Et enfin le voilà en couple, avec une jolie blonde superficielle et surtout il est devenu un animateur vedette, connu, riche et autoritaire. Il découvre la mort de son père et un secret bien gardé. Et va commencer une enquête sur la mort de son frère Alain... Que va-t-il apprendre? Là est le mystère.
Récit truculent, plein de saveur, une scénique parfaite parsemée d’émotions, de sourires et de rires. Ce texte exploite la perte d’identité, la quête de soi à travers la perte des souvenirs. Quel plaisir que ce trentenaire dans le corps d'un cinquantenaire, il mesure à son léger embonpoint abdominal et à ses petits poils gris et blancs. .. les aléas du temps qui passe....un peu caricatural mais grand part de vérité
Excellent roman donnant à réfléchir, une sublime quatrième de couverture, un livre que je vous recommande 

Théodore Bourdeau : les petits garçons
Théodore Bourdeau : les petits garçons

 

 

 

Titre : les petits garçons

 

Auteur : Théodore Bourdeau

 

Editeur : Stock

 

 

 

 

 

Garder un regard d’enfant malgré le temps qui passe, malgré une société dont la gravité vous ravi votre innocence, un beau coup de cœur pour un roman plein de fraicheur et de légèreté, une écriture douce avec un souffle de gaieté, un zeste d’autodérision, une écriture qui au fur et à mesure que le narrateur mûrit , prend de l’ampleur, s’émancipe , se débride.
 Les petits garçons de Théodore Bourdeau , un roman moderne, un 1er roman qui mêle la tendresse de l’enfance, les erreurs de jeunesse, un roman d’apprentissage, sur les années qui s’écoulent nous entraînant, jeunes enfants d’hier, adultes d’aujourd’hui avec parfois ce fol espoir de retourner en arrière juste un instant , la magie de retrouver cette enfance heureuse. 
L'auteur signe là un roman d’amitié, celle qui dure, perdure malgré les années et les différences, un roman où les petits enfants et les grands enfants sont les mêmes , car nous conservons une âme d’enfant en nous même
.
Le récit de deux amis naviguant de l’enfance, à l’adolescence jusqu’à l’âge adulte, le narrateur garçon indécis, tendre, un rien perdu, attitude dilettante,plus intéressé par l’éveil de sa vie sexuelle que de son avenir, un garçon tellement attachant; son meilleur ami Grégoire, fils d’un industriel fortuné, gravit sans peine les marches du monde scolaire pour finir par intégrer l’ENA et accomplir le destin qu’il s’est tracé. 
Et autour deux? Des filles, des émois, des amours éphémères, des femmes, des amours fulgurants et passionnels de brefs instants et les amours d’une vie, les femmes qu’on n’oubliera jamais. En toile de fond une société en pleine mutation, par une violence au nouveau visage, par une société en pleine évolution
L’auteur nous livre un message intemporel , en ne positionnant son récit ni dans le temps , ni dans l’espace , il lui confère un aspect universel en ne nommant pas ce narrateur qui pourrait être n’importe qui , et en qui on s’identifie si facilement 
Le plus beau, c’est que ni l’un ni l’autre ne prétend avoir réussi .
Car envers et contre tout ce sont deux petits garçons que l’amitié a uni pour la vie 
Un roman émouvant que je vous conseille 

Diane Brasseur :  La partition
Diane Brasseur : La partition

 

 

 

 

 Titre : La partition

 

Auteur : Diane Brasseur 

 

Editeur : Allary édition

 

 

 

 

Gros coup de cœur pour un magnifique roman sensible ,déchirant , émouvant, charnel à l’écriture sensuelle, une prose hypnotique pleine de finesse, un roman sur le déracinement, l’amour filial, un récit plein de charme avec une flamme intérieure qui vient beaucoup de son héroïne Koula , une femme solaire, incandescente, pétulante, une méditerranéenne au tempérament de feu, indépendante, avangardiste, une mère louve.

La partition de Diane Brasseur est une très belle réussite , un titre clé, en divers teintes. 

Tout commence en 1977, au moment où trois frères doivent se retrouver, à l'occasion du concert donné par le benjamin à Genève. Mais ce dernier apprend la mort subite de son aîné. De là un retour sur le passé et note par note, la partition va se mettre en place.

1920, Koula jeune grecque de 16 ans tombe amoureuse d'un Suisse Paul Peter K plus âgée qu’elle , elle le suit dans son pays, elle l’amoureuse de la vie, du grand air, de la danse , de la musique quitte ses racines. Mais le déracinement est compliqué, le couple se perd. Koula tombe enceinte, croit à un arc en ciel, dans le ciel sombre qu’est devenu sa vie mais la syphilis contractée par son mari crée une ombre sur cette famille, Bruno K leur enfant est touché. Le traitement achevé, elle espère mais tout recommence , délaissée et trompée par son mari et malgré la naissance de Georgely, son deuxième fils, Koula dépérit et décide de partir, mais le prix de cette liberté est de laisser, choix inhumain, un de ses fils .....Partition en tant que séparation et partage 

Koula aura une 2ème vie, second mariage, 3ème fils naîtra, le petit Alexakis qui vivra ses premières années dans les robes prévues pour la fille qu’espérait Koula. C'est en Belgique, pays de son second mari, qu'elle sera confrontée à la seconde guerre mondiale, Bruno K échappe grâce à sa maladie et se consacre à son rêve la musique ... la partition de la musique ...lien avec Alexakis qui aspire à imiter son ainé, un au violon, l’autre au piano et cette réunion tant attendue, une partition inachevée.

Un récit ponctué de la correspondance passionnelle de Koula avec Bruno, rapport exclusif et possessif avec cet enfant qu’elle a laissée, un Bruno habité, déchiré par des sentiments divers. Et un filigrane sur la destinée, la vie si elle avait choisi Georgely plutôt que Bruno 

Un magnifique roman que je vous conseille

Caroline Caugant : les heures solaires
Caroline Caugant : les heures solaires

 

 

 

Titre :  Les heures solaires

 

Auteur : Caroline Caugant

 

Editeur  : Arpège Stock

 

 

 

 

 

Coup de cœur ❤️ pour un roman enchevêtré, alambiqué, un récit composé telle une mosaïque, Avec Les heures solaires, Caroline Caugant signe un roman sur la mémoire familiale, à travers l’histoire de trois générations de femmes, un récit à troix voix ramification d’une seule voix celle de Billie.  Un travail de mémoire présent, passé, mémoire oubliée , volontairement, involontairement, un retour au source,  une plongée en eaux troubles, des souvenirs enfouis, refoulés qui remontent à la surface, des secrets de famille dévoilés. Des destins à l’origine d’autres destins qui ont tracé la voie 

Vivre un présent, sans attaches réelles, avec un homme qu’on aime sans vouloir l’aimer tout en l’aimant , avec les relans du passé qu’on a voulu occultés comme s’il n’avait jamais existé, c’est ce qu’a tenté de faire Billie , artiste trentenaire, qui vit à Paris où elle a débarqué à l’âge de 17 ans, pour fuir V. 

Mais voilà , que le passé l’éclabousse, quand elle reçoit un appel lui apprenant la mort de sa mère Louise qui s’est noyée , Louise , qui souffrait de démence , dont la mémoire s’en était allée et qu’elle n’a pas revue depuis plusieurs années. Billie doit revoir V, faire face à ce passé fuyant. De là Tout s’imbrique et tout se mélange dans l' esprit de Billie, le je du temps présent, mélangé aux flash back et souvenirs du passé

Un retour sur elle-même, sur Lila cette sœur de cœur , sur Louise, qui l’a si mal aimé , pas prête , fragile, ce père absent qu’elle n’a pas connu pense t’elle .... Car Billie reconstitue le puzzle de son passé source de son présent, retrouve les lettres d’amour d’Adèle sa grand-mère, qu’elle n’a jamais connu , à un soldat durant la seconde guerre mondiale .... 3 visages de femmes, avec leurs amours, leurs doutes, leurs rêves éteints, des parcours de vie qui ont conditionné chacune et à la fin pour Billie, peut être , le soleil d’une nouvelle vie, ayant fait la paix avec les heures du passé 

Un très bon roman féminin au rythme travaillé, à l’écriture lyrique et envoûtante que je vous recommande 

Merci aux éditions Stock et à Netgalley pour ce SP

Aude Ceccarelli : vingt-neuf semaines et des poussières d'étoiles
Aude Ceccarelli : vingt-neuf semaines et des poussières d'étoiles

 

 

 

Titre : Vingt-neuf semaines et des poussières d'étoiles

 

Auteur : Aude Ceccarelli

 

Editeur : Cherche midi éditeur

 

 

 

 

 

On ne peut pas parler de coup de cœur, ni noter un tel récit cela serait indécent, mais chère Aude vous avez écrit ses lignes, avec votre cœur et avec une telle émotion qui perle à chaque mot que c’est avec mon cœur que je vais vous répondre.


En tant que femme, en tant que mère, votre livre m’a touchée, bouleversée , vous évoquez un sujet qui parle à beaucoup de femmes , aux plus profonds de leurs entrailles.
Un sujet dur, quasiment tabou que vous abordez avec pudeur. "Vingt-neuf semaines et des poussières d'étoiles" aborde l’IMG ( interruption médicale de grossesse)
Aude tombe enceinte en 2013 de son 3ème enfant, parents heureux, un début de grossesse classique, tout se passe bien, les semaines passent et bébé pousse, grandit , grossit, on voit son nez, sa bouche, ses mains, on lui parle, tout le monde se projette jusqu’au 5ème mois de grossesse, échographie. C'est au cours de cet examen qu'Aude va apprendre que son enfant souffre d'une malformation. Suite à cette douloureuse nouvelle, de nombreux examens vont être pratiqués jusqu'au diagnostic final: le bébé est atteint de trisomie.
Que faire, que décider, quelle est la bonne décision, si bonne décision, il y a, des doutes , des convictions qui la poursuivront.
Aude et son mari ont choisi et un nouveau combat commence: obtenir le droit à une IMG.
Et puis, il y a l'après. La vie qui doit continuer sans ce petit être, continuer avec le regard des autres, leurs mots clichés, leurs phrases toutes faites. Aude Ceccarelli se livre, nous livre un témoigne vrai sans fard, sans filtre, elle souffle sa douleur sur son texte d'une sincérité désarmante Elle évoque ses révoltes, le manque de tact du corps médical. Elle émet avec émotions ses doutes et ses convictions. Elle nous raconte son histoire tout en s’adressant à cet enfant qui n’aura jamais vu le jour. On vit avec vous Aude, on respire à votre rythme, le cœur serré, on espère, on s’émeut, on pleure.
La vie n’est pas un long fleuve tranquille, hélas....Je ne sais pas si j’aurais eu votre courage Aude de me mettre à nu de la sorte. Un récit qui m'a transpercé le cœur et une douce pensée pour ce bébé devenu poussière d’étoiles pour ses frères. 

L'Ile du dernier homme
L'île du dernier homme

 

 

 

 

Titre : L'ile du dernier homme

 

Auteur : Bruno de Cessole

 

Editeur : Albin Michel

 

 

 

 

L'île du dernier homme de Bruno de Cessole est vraiment formidable...

Formidable de part la beauté de son écriture  stylée, travaillée, rythmée.

Formidable car c'est un livre aux multiples aspects, une sorte de plongée dans l'atmosphère "du bureau des légendes" pour ceux qui connaissent la série. Un bouquet glaçant et percutant... Mélange de roman d'espionnage, de polar sociétal et de thriller géopolitique.

Bruno de Cessole analyse avec brio notre société, où beaucoup de nos valeurs ont perdu tous leurs sens...Où la sécurité est fragile, fébrile... Où les sept lettres du mot liberté ne trouvent plus d' écho.

 

François Saint Réal, la cinquantaine est un grand reporter qui suscite la curiosité de beaucoup de monde et soulève un flot de questions... Qui est il vraiment ?  Est il un de ces idéalistes gauchistes ? Une sorte d'aventurier ? Est-il un partisan de ces djihadistes ? A-t'il franchi la ligne rouge ? 

Depuis que sa présence a été signalée, en Angleterre, les services de renseignements  britanniques s'intéressent de très près à lui.

Le dossier est confié à la jeune et belle Deborah McRuari, spécialiste du renseignement électronique. Elle va tout faire pour essayer de dénouer cette affaire et comprendre St Réal....

Les voix alternent et nous suivons leurs périples... Un St Real qui a un goût prononcé du monde arabe, une certaine fascination même. St Réal pour qui la spiritualité a beaucoup d'importance. St Réal qui mène une enquête sur l'islamisme en France et qui  cherche les motivations des candidats au djihad. Face à la pression qu'on lui met St Réal va fuir et se réfugier sur l'île de Jura pour essayer de se retrouver lui même.

 

Le récit est porté par le personnage de François St Réal, personnage complexe, cynique et désabusé par la vie, mais aussi un personnage fort et brillant. 

L'auteur dresse un regard réaliste, sans complaisance sur notre monde.

Un excellent thriller à l'intrigue foisonnante Alors qui est vraiment François ?

Et retenons une des citations de l'auteur, phrase phare du roman :"ceux qui sacrifient la liberté à la sécurité n'obtiennent ni l'un, ni l'autre".

Assassins
Assassins

 

 

 

Titre: Assassins

 

Auteur: Jean Paul Delfino

 

Editeur : Héloïse d'Ormesson

 

 

 

 

 

« J’accuse » Jean Paul Delfino d’avoir écrit un grand livre atypique, éthique,  surprenant, passionnant. Qui même si il est une fiction, il n’en demeure pas moins qu’il revêt un aspect historique indéniable avec un faisceau d’argumentaires riches de faits étayés, le tout habité par une belle écriture littéraire, à l’élégance certaine, et à la belle fluidité, au ton piquant et ironique.  L’auteur nous offre une véritable introspection dans le cerveau d’un écrivain de talent. un écrivain mythique qui dès lors que vous  plongez dans ses pages, l'idée de lire prend tout son sens  et devient l'essence même du mot littérature. « Assassins » nous emmène au cœur de la dernière nuit de Emile Zola, il est mourant, il n’essaye pas de fuir la mort, mais de rattraper sa vie, qu’il voit défiler, son enfance avec le fantôme de son père et la folie de sa mère, son mariage, sa maitresse, ses combats, ses réussites, ses déceptions, ses échecs.Il se remet en question au niveau de ses choix en passant au crible ses relations passées. Il sait qu’il a été victime d’un assassinat, il cherche parmi tous les gens qui ont traversé sa vie, o combien riche et tourmentée, qui a bien pu vouloir l’assassiner.

 

On sent là l'inquisition au scapel  du journaliste qu'est aussi Jean Paul Delfino à travers les révélations qu'il fait. On sent  l’homme de conviction par ses positions affirmées le tout avec un art de la plume  maitrisé avec brio. Roman de mœurs, 

Il met en lumière le racisme,  l’antisémitisme qui régnaient à l’époque où certains grands noms de la littérature et de la peinture en étaient de farouches partisans.

Un roman d’un passé, un roman du présent, un roman de l’actualité car la France  du  XIX ème siècle revêt tellement de similitudes avec la France du XXI ème siècle triste constat pourtant réaliste.

 Une œuvre littéraire document-fiction qui a, de plus, le mérite  de nous faire réflechir , de nous projeter et d’éveiller nos esprits et nos consciences  afin que nous ne prenions pas toutes vérités pour acquises. 

Vous l’aurez compris, j’ai adoré ❤️, l'auteur a revêtu ses habits de plume naturaliste pour rendre un bel hommage à un écrivain naturaliste.Quelle belle réussite!

Alain-Fabien Delon; De la race des seigneurs
Alain-Fabien Delon: De la race des seigneurs

 

 

Titre: De la race des seigneurs

 

Auteur: Alain-Fabien Delon

 

Editeur: Stock 

 

 

 

 

 

 

Belle surprise que ce premier roman de Alain-Fabien Delon, de la race des seigneurs, alors oui, je vous avoue je vais laisser de côté les controverses, roman, autobiographie, fiction autobiographique. Je ne me suis pas intéressée à Alain-Fabien fils de Alain Delon mais à Alain-Fabien l’auteur. 

J'ai été séduite par l’écriture pleine de vigueur, de vivacité , un rien nerveuse ce qui donne la rythmique au roman. Passé, présent alternent dans ce récit confession ce qui crée une scénique vivante. Un style épuré, une écriture minimale, des détails pertinents, des mots évocateurs d’idée.
En toile de fond, une émotion, parfois à fleur de peau, parfois juste un souffle , un roman psychologique sans une psychologie annoncée par des mots , mais par des actes qui nous révèlent leurs états d’esprit et leurs états d’âme,
Alexandre Delval, dix-huit ans, est le fils d'un grand acteur Alexandre Delval, un monument, un géant, une star. Il vit dans son ombre, espérant ne plus être seulement « le fils de ». Un père plutôt maladroit, distant qui ne descend presque jamais de son piédestal , parfois aimant, presque indulgent, mais toujours d’une grande exigence et d’une sévérité.
Une image paternelle qui l’absorbe de son ogre domination. Un fils qui suit la voie royale de son père , mais voilà dès que la gloire l’effleure, lui fait signe, se rapproche, une peur prend le pas , une crainte de croiser le fer avec ce succès qui lui tend la main .
Un gosse riche me direz vous, pas seulement, un jeune homme qui se cherche et dont les travers et l'excès sont un refuge dans lequel il se noie; alcool, drogues, violence. Jusqu'à cette bagarre qui le mènera dans le cabinet de ce psychiatre qui l’a recueilli et à qui il raconte son histoire et son dilemme . Mais, une ne nuit peut-elle changer une vie ? 
Un roman qui nous montre les relations entre un père et un fils, les difficultés engendrées par la filiation dans les milieux artistiques et médiatiques (les échos faits à la sortie du livre en sont la preuve). Il montre qu’être le fils de, peut être certes un sesame, mais aussi une prison où la clé sera arrivée à être ...soi 
Un beau roman et j’attends vos avis si vous l’avez lu
merci aux éditions stocks et à net galleyfrance pour ce SP 

Un bonheur sans pitié
Un bonheur sans pitié

 

 

 

 

Titre : Un bonheur sans pitié 

 

Auteur : Eric Genetet 

 

Editeur : Héloise d'Ormesson 

 

 

 

 

 

Poignant, bouleversant de véracité, de réalisme. Un livre sublime et glaçant. Le récit d'une addiction, d'une relation totalement toxique basée sur la violence physique, sur la violence morale. 

L' amour pour le meilleur et pour le pire.... dit on.

Entre Marina et Malek rien ne va plus, ils s'éloignent, leur couple s'éteint.

Après leur rupture, elle retrouve sur Facebook un homme connu autrefois. 

Comment Marina pouvait elle résister au  jeu de séduction de Torsen.lui qui a tout pour lui, le physique, l'esprit, le charme magnétique et un tel sourire.

Telle une araignée, il tisse sa toile, envoûtant sa proie, avant de l'emprisonner, de l'anihiler.

 Torsen est l'image de ses hommes affable, aimable, sociable, prévenant, aimant quand tous les regards sont posés sur lui...Le genre dont rêve les femmes.

Mais voilà, le miroir a un double reflet. Condescendant, méprisant, dénigrant, humiliant, tyrannique quand vous êtes seule avec lui...Le genre d'homme à fuir pour les femmes. 

Eric Genetet, dans un bonheur sans pitié nous dresse le portrait d'un de ces hommes, un de ces pervers narcissiques qui sévit de plus en plus.Car des Torsen, il y en a  beaucoup dans notre société. 

Une écriture qui alterne entre sensibilité et sécheresse à l'image de l'histoire. 

L'auteur décortique un couple, il rentre dans le tréfonds de son intimité...

Marina est une femme brillante, intelligente, une femme de tête et pourtant elle va tomber dans l'engrenage, dans cette spirale infernale, qui vous entraîne dans le  dédale d'un enfer psychologique... L'éloignement, l'enfermement, les doutes, la perte de l'estime de soi... La machine de la manipulation mentale est en marche écrasant tout sur son passage, elle croit pouvoir s'en sortir et elle s'enlise. 

Et le pire c'est que , la perversion de l'un entraine le masochisme de l'autre même le sexe devient un enjeu. 

Plus elle souffre, plus il devient lui même, plus il met la barre haut dans ses exigences, exigences qu'elle ne peut jamais parvenir à remplir. 

Un roman qui nous prend au corps, au cœur, et qui me tient à cœur car Marina, cela pourrait être moi, cela pourrait être vous...

Olivier Merle / Libre d'aimer
Olivier Merle : Libre d'aimer

 

 

 

TITRE : Libre d'aimer

 

AUTEUR : Olivier Merle

 

EDITEUR : xo Editions 

 

 

 

 

 

Gros coup de cœur pour Libre d’aimer d’Olivier Merle ❤️❤️❤️ Quel magnifique roman d’amour, une passion brûlante, intense, fusionnelle entre deux femmes sous l'Occupation, un très beau jeu scénique plein de volupté, des images théatrales , on ressent le jeu des regards, des corps qui se frôlent, des mains qui s’effleurent , des bouches qui s’apprivoisent, des cœurs qui s’étreignent.
Une belle écriture qui a su capter et retranscrire les sentiments féminins 
Deux femmes que tout oppose et que l’amour va réunir ... En pleine occupation
...
Esther, a vingt ans, elle est juive, ses parents viennent de de se faire arrêter , mais juste avant ils ont eu le temps de la cacher, elle erre comme une âme perdue dans un Paris devenu hostile , elle est juive, elle est mineure, elle n’a plus rien et pourtant son regard va croiser dans un café une femme fascinante , un regard qui la porte et lui donne l’oxygène pour survivre 
Cette femme c’est Thérèse Dorval, elle est sublime, altière, riche, mal marié à un industriel proche des allemands et l’air de rien , elle a remarqué, cette frèle silhouette qui l’épie jour après jour ...elle l’a prend sous son aile.
Esther devient la bonne des Dorval , mais surtout devient "le petit amour" de Thérèse. 
L’occupation est en toile de fond du roman , elle n’en est pas l’essence, un filigrane qui maintient une pression, une tension , l’essence du récit est cet amour sans mesure entre ses deux femmes dans un contexte où les relations homosexuelles sont passibles de déportation. Sans oublier que les femmes n'ont pas beaucoup de droits. Elles sont sous la domination d'un père, puis ensuite d'un mari. Une histoire qui se veut lointaine et qui ne devrait plus être de circonstance et pourtant elle est si proche, si réelle, dans notre contexte actuelle si fragile 
Un roman qui m’a touchée, m’a émue, un souffle de vie , de bonheur, d’amour passionnel ou si demain, on devait perdre l’être aimé, la vie serait insurmontable .
A découvrir absolument
🌹 
Merci aux éditions xo et netgalley pour ce Sp

Les jungles rouges
Les jungles rouges

 

 

 

Titre : Les jungles rouges

 

Auteur : Jean-Noel Orengo

 

Editeur :  Grasset

 

 

 

 

Très beau coup de cœur ❤️ ❤️ ❤️ pour les Jungles Rouges de Jean Noël Orengo. 

Un excellentissime roman, ambitieux et osé qui vibre, étincelle de mille feux. Une écriture puissante et flamboyante. Un très brillant récit choral aux multiples atouts, aux multiples aspects, aux multiples attraits. 

Début du XXIème siècle, l'Asie du Sud Est est une région forte et triomphante qui part à la conquête du monde

Début du XXème siècle, cette même Asie était humiliée, soumise à la colonisation.

Quelle fulgurante avancée... Au centre de cette période, il y a les jungles rouges et son fil rouge, son héros mystérieux et énigmatique Xa Prasith dont le père fut lié à André Malraux. Xa, militant nationaliste cambodgien qui fut l'ami de Saloth Sâr futur Pol Pot,...Xa officier Kmer Rouge qui déserta  un mouvement prix de folie, confiant phalla sa fille à un couple de Français.  Xa qui sera omniprésent dans la vie de Phalla et de son petit ami Jean Douchy jusqu'à une révélation finale qui viendra tout bouleverser.... Un roman brassage d'époques et de personnages fictifs et réels, une galerie haute en couleur, on y côtoie ainsi, une Marguerite Duras vieillissante ... Un roman non linéaire, ni dans la temporalité, ni l'action. Une intrigue plutôt alambiquée qui telle une vague déferle d'une berge à l'autre du Mekong, en passant par Paris...

Un roman de la fascination, fascination de l'auteur pour l'Asie., chaque mot en est le reflet, chaque phrase en est le souffle.  Orengo a un talent pour montrer le romanesque des guerres. 

Un roman qui va au dela de l'histoire et met en exergue les amours mixtes, qui prônent l'indépendance, en dénonçant les méfaits du colonialisme le tout baigné dans un parfum d'ailleurs et d'exotisme..

Un roman cinématographique aux images colorées qui ravivent notre imagination, un récit à la scénique Hollywoodienne.... Roman finaliste prix Renaudot 2019

 

Akli Tadjer : Qui n'est pas raciste ici?
Akli Tadjer :Qui n'est pas raciste ici ?

 

 

 

Titre : Qui n'est pas raciste ici ?

 

Auteur : Akli Tadjer 

 

Editeur : Jc Lattes

 

 

 

 

 

 

Fin 2018,  tout comme moi, vous avez du entendre parler ou lire ce qui est arrivé à l’auteur Akli Tadjer et comment, il avait été choqué, meurtri par l’attitude de lycéens, dans un lycée de la somme qui avait tenu des propos racistes, alors qu’il devait venir parler de son roman paru en 2002, le porteur de cartable.

 

A mon image et celles de biens d’autres vous avez dû être indignés, révoltés par l’attitude de ces jeunes , par leurs mots , leurs idées, refusant de lire des passages de ce livre sous prétexte que l’histoire ne se passait pas en France, qu’on retrouve des mots d’arabe dans le texte et qu’un des personnages se prénomment Messaoud

 

Mais Akli Tadjer n’a pas renoncé, c ‘est mal le connaitre, il s’est rendu dans le lycée à la rencontre de ces jeunes pour comprendre cette attitude inacceptable de la part de cette jeunesse et instaurer un dialogue.

 

Et de cette visite, de cette rencontre, il a écrit un essai, cet essai sur cet épisode, mais plus encore sur le racisme aujourd’hui. Un livre nécessaire, un livre authentique, vrai, sincère qui parle avec lucidité, un livre écrit avec la raison et le cœur. Un essai où il évoque son passé, ses origines kabyles. Il montre comment la culture, l’instruction, la littérature ont de l’importance pour réfléchir,  s’élever.

 

Qui n’est pas raciste ici ? Un titre fort pour cet essai, un titre qui est la première phrase qu’il a dit à ces élèves de cette classe.

 

Un  livre qui traite de toutes les formes de racisme, un livre qui montre cette frontière si mince entre la xénophobie et le racisme dans ces esprits pour la plupart formaté par l’éducation, par certains médias ... Racisme qui est un délit, on ne doit pas oublier, xénophobie que rien ne peut justifier.

 

Il parle de la société, du chômage, du résultat du communautarisme. Un récit voilé de colère et cependant plein d’espoir car Akli croit en cette jeunesse qu’il côtoie

 

Un livre pédagogique qui m’a touché, moi la femme de conviction, qui s’élève et défend de nombreuses causes et qui continue à croire en l’Homme. Un auteur rencontré et avec qui j’ai conversé à Toulon en Novembre, un homme lui aussi de conviction, intelligent brillant, déterminé et optimiste. Un essai que je vous recommande vivement  et des débats que nous devrions avoir de nombreux établissements scolaires pour éradiquer ce racisme nauséabond

 

Philippe Vilain : un matin d'hiver
Philippe Vilain : un matin d'hiver

 

 

Titre: Un matin d'hiver 

 

Auteur: Philippe Vilain 

 

Editeur : Grasset

 

 

 

 

 

 

 Chaque roman de cet écrivain est pour moi un très gros coup de cœur ❤️ . Un auteur de talent dont j’aime l’écriture, le style littéraire perfectionniste, rigoureux, une écriture poétique qui se fait parfois charnelle, un rien sensuelle et surtout toujours brillante. Et son très beau récit fort touchant , un matin d'hiver ne fait que confirmer l'art de Philippe Vilain. Philippe épouse les personnages de ses mots, tel un voile de soie. Mariant aussi bien l’art de l’autobiographie, que celle de l’autofiction, maestro pour faire naitre les émotions. Ici, il retranscrit l’histoire que cette femme lui a confié, mais plus encore, il la fait vivre sous sa plume, elle s’ouvre à nous, se livre à lui qui la couche sur ses feuilles en prenant l’habit de ce cœur meurtri. Il fait corps avec elle, s’imprègne de sa sensibilité et prend avec brio une voix féminine pour écrire ce vécu, cette femme qui se raconte Elle, Julie, passionnée de littérature, rêveuse, idéaliste, française. Lui, Dan charismatique, plein de charme, américain, auquel Julie succombe, attendant fébrilement ses sms . Vient le mariage un peu précipité, car un heureux événement s’est rajouté ... Naissance de Mary ... Le noël de ses cinq ans va marquer un tournant dans leur vie. Dan disparaît sans raison, sans explication. Julie passe par toutes les phases, désarroi, douleur, culpabilité, folie ... Les hypothèses se bousculent et cette question incessante ... Pourquoi ? Succession de flash-back, elle se rappelle sa vie maritale, conjugale, parle de désir, de monotonie, de lassitude, elle parle de mal du pays, d’identité, d’arrivée d’un enfant dans un couple, de fidélité. O combien elle l’a cherché remuant ciel et terre avec son beau-père ...Tout se mélange, elle cherche une réponse à cette vie qui est devenu un grand point d’interrogation... Point de deuil possible et parfois un fol espoir ...Et ce silence pesant que dire à Mary? Notre cœur vibre avec elle, nous sommes suspendus à ses lèvres dans l’attente de savoir, un suspens qui nous tient le souffle court jusqu’à la fin du livre. Un roman que je vous recommande vivement 🌹

La malédiction d'être fille
La malédiction d'être fille
Le silence d'une souffrance qu'on garde au fond de soi. Le poids des mots qu'on ne peut pas sortir, des vérités qui ont du mal à etre entendues.  Excellent livre de Dominique  Sigaud, un essai glaçant à l'effroyable réalité. Un livre vrai, décapant, qui ne ménage pas le lecteur. Un ouvrage qui évoque un état des lieux de toutes les violences faites aux filles dès leur plus jeune âge dans tous les pays du monde: foeticides et infanticides des bébés de sexe féminin et l'impact que cela a sur la population. Elle évoque toutes les atteintes sexuelles, que cela soit, le viol, l'inceste, les mariages forcés sur des jeunes filles mineures. Elle explique comment dans certains pays les filles vivent dans la pauvreté et dans une misere éducative, et sont donc plus vulnérables, soumises aux trafics d'être humain, vendues comme des marchandises dans des bordels et enfin elle parle de tous ces meurtres commis partout  sur ces jeunes filles pour x raisons. 
Un récit à l'écriture directe, journalistique, sans concession.
L'auteure brillamment ne se contente pas de réunir des faits, de les énoncer. C'est un travail de longue haleine, de recherches, d'analyse, un travail qui lui tient à cœur. 
La 1ère partie consiste à lister toutes ces infâmies rencontrées sur tous les continents et puis, Dominique va s'appuyer sur 4 pays, la France, les États Unis, l'Égypte et l'Inde pour montrer comment ce type de violences  s'organisent plus précisément dans certains pays.

Un livre didactique. On part d'une généralité et d'une globalité , pour arriver à des exemples précis qui sont les moteurs de la généralité.
Un essai qui montre la vulnerabilite faite aux fille dans nos sociétés..Et que cette violence ne se trouve pas que dans les pays sous développés, sur les continents pauvres mais touche aussi les pays occidentaux.
L'auteure n'a pas fait un travail d'historienne, elle s'est attachée au présent, elle ne cherche pas les causes dans le passé, elle ne cherche pas à montrer que ces violences ont toujours existé et qu' elles sont dus parfois à la religion, aux traditions..Elle parle du présent, de notre actualité. C'est ce qui se passe actuellement qui l'interpelle et nous glace d'effroi !