Meryem Alaoui : la vérité sort de la bouche du cheval
Meryem Alaoui : la vérité sort de la bouche du cheval

 

 

 

Titre : La vérité sort de la bouche du cheval

 

Auteur: Meryem Alaoui

 

Editeur: Gallimard

 

Nombre de pages :

 

 

 

Très beau coup de cœur pour le premier roman de Meryem Alaoui, la vérité sort de la bouche du cheval , un livre qui nous présente une fresque haute en couleurs de la vie quotidienne au Maroc , le Maroc qui brave les difficultés par une force de vie , un fourmillement d’idée et de débrouillardise .

 Cette peinture du Maroc populaire , qui vit dans la précarité est écrite au dans un langage vrai , dans un langage cru bien fleuri, il nous entraîne dans le monde dur de Jmiaa , 34 ans, une prostituée mère d’une petite fille, une femme à la fibre réaliste, à la verve éloquente, une femme courageuse débordant d’énergie et avec une âme de battante ... Un personnage qui ne gémit pas sur son sort, ne se plaint pas, ne se résigne pas. Le roman se décline au je, monologue gouailleur de Jmiaa, qui se présente telle qu’elle est , sans fard, sans mièvrerie, sans artifice. Elle raconte ses journées, ses clients, grille cigarettes sur cigarettes , le tout sans états d’âme. 
Des dialogues incisifs et tranchants , elle se bat pour vivre, elle se bat pour sa fille. Elle est maitre de son destin et elle le sait ?quitte à devoir relever maintes et maintes fois sa djellaba.
Un autre personnage féminin rayonne dans ce roman , c’est Casablanca , pas vraiment décrite mais omniprésente , elle s’étale devant nous , ouvre son coeur , un cœur où se mêlent  violence , misère et opulence et surtout soif d’exister ...
Un livre percutant débordant d’humour , Jmiaa en est son sésame , elle la femme de vie qui joue de ses attributs et vend ses charmes, elle au jeu de rôle quotidien , va employer son art pour l’offre de sa vie , jouer dans un film .....Passer du soleil de Casablanca , à la lumiere de San Francisco, mais sans jamais oublier d’où on vient et que certaines blessures sont éternelles
Un récit coloré et pimenté. Une belle réussite de cette rentrée littéraire que je vous conseille vivement.   

 

Metin Arditi : Carnaval Noir
Metin Arditi : Carnaval Noir

 

 

Titre : Carnaval Noir 

 

Auteur: Metin Arditi

 

Editeur:

Grasset(2018)

 

Nombre de pages 

 

 

 

Carnaval noir de  Metin Arditi , roman d’aventures sur fond de complot historique et religieux dans le style du Nom de la rose d’Umberto Ecco  et de DA Vinci code de  Dan Brown , un livre qui plaira aux amateurs de romans noirs au parfum d’ésotérisme et d’humanisme. 

 

On retrouve l’érudition de l’auteur, son travail de recherche. En fil d’ariane une sorte de question récurrente. Et si l'histoire n'était qu'un éternel recommencement ?

L’auteur va jouer sur un passé présent, un présent passé, croisant les époques pour mieux éclairer ses propos, à savoir si des événements survenus au XVIème siècle à Venise lors de carnaval noir pouvaient se reproduire à Rome en ce XXIème siècle ?

Une intrigue maitrisée, regroupant procès de Galilée , l’ère Daech, les querelles des suoles de la renaissance et les groupuscules néonazis . L’auteur évoque l’histoire médiévale, l’histoire contemporaine, les religions, les extrémistes religieux, les fanatiques, l’intolérance, les migrants. On y parle de foi, traditions, homosexualité, inceste. Mais l’auteur ne fait jamais preuve de jugement de valeur. Un roman fait de personnages complexes, malheureux le plus souvent, en quête d'absolu

20 février 1575, sang et mort frappent Venise. La ville vit un Carnaval noir. Paolo il Nano, célèbre peintre de la Renaissance et l'évêque Scanziani, procureur du Tribunal du Saint Office, sont assassinés.

 12 janvier 2016, Donatella Cortesi, brillante histoirienne dont le travail portait sur le carnaval noir , est jetée  dans les eaux glacées de la lagune près de la place Saint-Marc.

 Quelques mois après, Bénédict Hugues, professeur de latin  à l'Université de Genève, découvre une lettre écrite en 1574 par l'évêque Scanziani.

 Juin 2016, Rome. Une série d’attentat se prépare par la branche libyenne de l’Etat islamisque contre le Saint-Siège. Un groupuscule d’Extrème droite de la Curie romaine  en est le commanditaire , ils veulent éliminer un pape considéré trop clément aux migrants 

Bénédict Hugues mène avec une collègue l'enquête.  Mais, tout les ramène  à ce fameux carnaval noir de 1575 : pourquoi Paolo il Nano a-t-il été assassiné ? Où se trouve  sa pièce phare , le Christ aux douze doigts ? Qui étaient les disciples de la Scuola Grande ? Pourquoi le siège de leur confrérie a-t-il été incendié ?

On baigne dans une atmosphère mystérieuse  où tout n'est que scandales et faux-semblants.

 

 Un roman d’ actualité.  Un roman où la vérité absolue n’existe pas ..

Natacha Calestrème: Les blessures du Silence
Natacha Calstreme: Les blessures du Silence

 

 

 

 

 

Titre : Les blessures du silence 

 

Auteur : Natacha Calestrémé 

 

Editeur : Albin michel: 19,90

 

Nombre de pages :  340                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          

Harcèlement, hélas,, un thème  d’actualité , dans le livre que je vous présente, il ne s’agit pas de harcèlement professionnel, sexuel mais de harcèlement moral dans le couple, une violence psychologique implacable, effroyable, qui lamine, broie, sorte de spirale qui vous avale et si vous n’osez pas faire le geste ultime qui vous sauve, peut totalement vous détruire.

Je vais donc vous parler de ce livre coup de cœur qui m’a beaucoup touché, il s’agit du roman de Natacha Calestrémé , les blessures du silence  avec le personnage de Amandine émouvant, bouleversant une femme sous le joug de son mari, pervers narcissique. 

 

L’histoire, vous l’aurez compris c’est celle de cette femme, mariée, mère de trois enfants qui a soudain disparu, la police en la personne de l’inspecteur Yoann Clivel enquête sur cette disparition, fugue, fuite, accident, suicide, meurtre.Toutes les suppositions sont possibles , puisque Amandine reste introuvable. Le doute s’installe face aux différents témoignages, la jeune femme subissait elle une violence psychologique et verbale de son mari ou était-elle névrosée ......

 

Un roman fort bien construit, une partie des chapitres sont racontés par Amandine avec un compte à rebours jusqu’au fameux jour j de sa disparition et les autres sont racontés par l’officier en charge de l’affaire.

L’auteure nous dépeint avec une véracité tranchante, la violence que vit cette femme au quotidien, une violence que personne ne voit , que personne ne ressent. Amandine se referme, s’isole, décline, ne se plaint jamais, doute d’elle-même, trouve des excuses à celui-là même qui la brime en arrivant à penser qu'elle est responsable de ce qui lui arrive ....Elle pense à partir mais ses angoisses de l'avenir, ses incertitudes pour ses enfants font qu'elle s'enlise de jour en jour. 

Qu’est il réellement arrivé à Amandine, vous le découvrirez en lisant ce très beau roman.

 

 Un roman qui s’adresse autant aux hommes qu’aux femmes, et à celles qui diront pourquoi n’est elle pas parti avant ou moi j'aurais...

 

Je pense que c’est facile à dire quant on  n'est pas confronté à la situation, à ce lavage de cerveau quotidien, à ce laminage perpétuel 

 

Un excellent roman que je vous recommande ardemment 

Isabelle Carré : les rêveurs
Isabelle Carré : les rêveurs

 

 

Titre : Les rêveurs

 

Auteur : Isabelle Carré

 

Editeur : Grasset:

 

Nombre de pages 

 

 

 

 

Un très bon roman ou une autobiographie , la frontière n’est pas loin dans ce livre touchant, intime, poétique... L’auteure Isabelle Carré signe là son premier roman , les rêveurs grand prix RTL lire 2018. Elle se raconte avec une bouleversante sincérité , nous raconte avec douceur, fragilité , elle,  jeune, son éducation bourgeoise où il faut tenir son rang, un univers un rien ennuyeux. Elle parle de sa mère sensible, mise à l’écart par les siens en raison d’une grossesse non programmée,une femme  épuisée par son travail. Elle évoque son père, designer chez Cardin, avant de fonder sa propre marque, un père un brin fantasque qui vient de découvrir son homosexualité. Elle raconte ses frères , leur vécu à tous dans cette maison familial dans les années 70...

Elle nous ouvre son passé , son enfance, avec les méandres et les nuances qui s’y rapportent , fluctuant entre ses rêves durant cette période, mais au fond d’elle se posant la question, était-ce réellement une enfance comme on peut la rêver.
Elle nous plonge au cœur d’elle-même , cet inconnu , elle se dévoile peine de discrétion, elle se montre sans fard, incomprise de tous à l’époque , jusqu’à ce déclic où le jeu de scène la révélera à elle même et lui permettra de vivre enfin.
Un jeu d’écriture sensible, bienveillante, gracieuse parfois à fleur de peau , elle enlace le lecteur dans un rêve disons dans les rêves de ses différents personnages. Un texte qui s’abreuve du passé mais irrémédiablement tourné vers l’avenir ,
Isabelle Carré a ouvert son livre avec cette phrase d'Aragon : "Le roman, c'est la clé des chambres interdites de notre maison"
On ferme le livre en la laissant dans la chambre de ses rêves devenus peut être réalité
Un très joli roman que je vous conseil de découvrir
Philippe Claudel : L'archipel du chien
Philippe Claudel : l' archipel du chien

 

Titre: L'archipel du chien

 

Auteur:Philippe Claudel

 

Editeur: Stock :19,50 euros

 

Nombre de pages: 282

 

 

 

 

 

 

Coup de cœur pour un excellent roman brillamment écrit: l’archipel du chien de Philippe Claudel , sorte de fable sombre, théatrale, implacable, grinçante à souhait, melange de thriller psychologique et  social âpre, l’auteur autopsie à vif les âmes humaines, il les décortique avec cruauté , il en montre magistralement l’égoïsme , soupèse le poids des consciences  et  met en exergue la lâcheté de l’être humain . 

Il évoque le drame vécu par les migrants , une pléthore de portraits sont dressés qui font frémir. Les personnages n'ont pas de nom, car ils pourraient être vous, ils pourraient être nous.Ils sont représentés par leur fonction.

 Une magnifique écriture pleine de verve avec une pointe d’acidité . Une tension allant crescendo au fil des pages.

 

Sur une île minuscule,  un matin, trois cadavres  de migrants africains sont rejetés par la mer. Alertés, le Maire et le Docteur décident de les faire disparaitre . Comment pourrait-il avouer que ces gens viennent s’échouer sur leur rivage, cela risquerait de compromettre le projet immobilier de Thermes qui doit redonner vie à l’économie locale . Sans scrupule,  Ils placent les cadavres le temps de trouver une solution, dans la chambre froide du poissonnier.  Ils préviennent le Curé , qui prend peur mais se tait tout en consentant. Une sorte de pacte du silence  scelle Cette coalition du non-dit.  C’est alors que surgit du continent un policier à la fois énigmatique et secret . Sa seule présence inquiète, sans qu’il ait besoin de fouiner. Une conjuration se met en place pour que rien ne s’ébruite. Un effet de masse enfle et déferle, ils se veulent innocent, ils veulent se déculpabiliser ... à quel prix ? Organiser une machination et trouver surtout un bouc émissaire  à sacrifier ... jusqu'où iront ils pour assouvir leur lâcheté , iront-,ils jusqu'à perdre leur âme.

 

Une histoire, inventée, mais tristement réaliste sur l’indifférence, l’égoisme, l’individualisme , la cupidité , le manque de moral et d’humanité et le racisme .  Un roman marquant qui interpelle, à lire absolument

Laurence Coss: Nuit sur la neige
Laurence Cosse: Nuit sur la neige

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Très bon roman de Laurence Cossé,  nuit sur la neige, court, bref mais assez intense , sorte de récit initiatique saupoudré d’un parfum de romanesque,  on y développe l’individuel  et son évolution en alternance avec la réalité collective. Une très belle écriture bourgeoise à l’image des personnes gravitant dans ce roman.

Une plume et une stylistique classique , un vocabulaire châtié , une voix narrative récurrente, une rhétorique croissante, on se croirait presque plonger au cœur de la littérature du XIX siècle qui me rappelle mes années de fac de lettres. Un air de Stendhal , un brin de Flaubert et en toile de fond de l’histoire , les années 30 avec  la montée et l’avènement du nazisme en Allemagne, la menace de l’extrême droite en France. 

C’est un itinéraire initiatique d’un jeune homme Robin à l’aube de sa vie d’adulte  qui de prime abord est dans le moule familial , obéissant à leurs idées et à leurs dictats mais qui va parfaire son éducation sous l’égide d’un autre élève Conrad, jeune homme mystérieux, énigmatique auquel il va vouer une admiration, une fascination proche de l’idolâtrie. 

Avant d’atteindre l’âge adulte , il va  parfaire son éducation sentimentale, connaitre ses premiers émois ....avec la belle et frêle Clarie. 

Des étapes différentes jalonnent son parcours , nous ne sommes pas dans l’univers de Siddhartha et de sa quête  spirituelle , ni dans celle de Gide jeune en proie aux tourments existentiels mais une quête néanmoins jonchée de doutes , de déceptions, d’acceptation, de déni pour finir par le drame qui se jouera dans la montagne, dans ce village de la Haute Tarentaise , du nom De Val d’Isère qui n’avait pas encore la notoriété que nous lui connaissons, mais dont certains voient déjà le potentiel futur ..... une montagne révélatrice et qui marquera la fin de cette « post-adolescence ». Un roman que je vous conseille pour la beauté de son écriture et de ses descriptions et pour la peinture de cette jeunesse aux futurs destins brisés ...

David Diop : Frère d'âme
David Diop : Frère d'âme

 

 

 Titre : Frère d'âme

 

Auteur : David  Diop

 

Editeur : Seuil

 

Nombre de pages :

 

 

 

 

Très beau roman , puissant fort, touchant,  douloureux .... Frère d’âme de David Diop ...Beaucoup de talent dans ce livre

Un roman qui va vous plonger au cœur des tranchées, pendant la guerre 14-18, un hymne à la liberté et au libre arbitre, une ode à l'amitié,  une fresque de la guerre, un roman dur,  à la prose à la fois semi liturgique et poétique rythmés par une succession de phrases répétitives, chansons lancinantes , sorte de psalmodie où le présent en France et le passé en Afrique vont s'entrecroiser et s’entremêler , des redondances qui gravent et marquent les esprits.

 

« Nous sommes plus que frères puisque nous nous sommes choisis » Et oui  Alfa Ndya et Mademba Diop sont plus que des frères de sang , sont plus que des frères d’ armes , ce sont de frères d’âmes et la perte de Mademba  va faire sombrer  Alfa dans une sorte de folie, de démence .

 

Le roman retrace le récit d’un soldat sénégalais qui combat pour la France lors de la première guerre mondiale , il évoque cette boucherie que fut cette guerre des tranchées , mais plus encore il nous relate une crise identitaire intime  causée par la guerre de cet homme brisé par la perte de son « frère » et son errance psychique qui va suivre , mélange de doute, de culpabilité, une culpabilité grandissante d’avoir obéi à la voie du devoir et d’être resté sourd à la voix de son ami qui lui demandait d’abréger ses souffrances.

 

Une détresse qui va avoir raison de cet homme qui va sombrer dans une sorte de déraison, une folie meurtrière où le soldat devient alors le sauvage, le sorcier, traquant sa proie et ramenant une main coupée en trophée, agissant quasiment comme si à chaque crime commis , il ramenait son ami à la vie .....Il va être évacué à l'arrière afin de pouvoir se remettre. Alfa va se plonger dans les souvenirs de son enfance dans une Afrique calme , paisible, pleine de tendresse contrastant avec la debacle furieuse de cette guerre fratricide atroce car tous "les sangs sont noirs" , il va tenter de se libérer , de retrouver l'espoir et redevenir Humain ....

 

Une très belle réussite à découvrir absolument

Philippe Djian: Al'aube
Philippe Djian: A l'aube

 

 

 

 

 

Titre : A l'aube

 

Auteur : Philippe Djian

 

Editeur: Gallimard

 

Nombre de pages

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’ est un bon roman mélancolique, sombrant dans la noirceur  des ténèbres  et qui peut au premier abord, surprendre, dérouter, déconcerter le lecteur :  ce roman c’est A l’aube de Philippe Djian

 

L’auteur maitrise  de main de maitre l’intrigue en vous emprisonnant dans  ce roman plein de mystère ,  sorte de puzzle dont il tire les ficelles avec doigté et le reconstitue par bride. Un rythme à l’allure folle  qui décoiffe, mais un rythme avec des ruptures  qui créent  des montées d’angoisse.... On baigne dans une atmosphère assez toxique Et âmes fragiles s’abstenir .... Ls prsonnages, eux sont drappés dans un voile de brouillard qui les rend énigmatiques

L’est américain en toile de fond avec son jeu de lumière et un cœur de roman sulfureux avec violence et sexe . Récit et dialogues s’enchaînent et s’entremêlent sans que l’auteur ouvre des guillemets, ceci dans le but d’entretenir un suspens , laisser planer un doute: ne jamais se fier aux premières impressions. 

Joan a la trentaine, à 18 ans, elle s’est enfuie de chez elle , trouvant ses parents Gordon et Suzan , activistes d’extrême gauche, trop égoistes et égocentriques . Mais voilà que ces derniers meurent dans un accident de voiture, Joan décide alors de renouer avec son frère Marlon, qui certes a 25 ans mais est atteint d’autisme . De ce fait, elle emménage dans la maison familiale .... Tout ça n’est guère évident , car Joan a deux activités , d’une part elle tient une boutique de vêtement avec Dora, mais elle est aussi une des call girls du réseau dirigée par cette dernière .

Vu qu’elle ne peut alors qu’elle l’a promis à Marlon de rentrer à la maison avant la nuit, elle engage une amie de Dora, Ann Margaret, la soixantaine  comme « baby sitter » ....Mais voilà que celle-ci initie Marlon au sexe. Howard,  un ex amant de Suzan, client de Joan , fait irruption dans leur vie à la recherche d’un pseudo magot qui serait caché au sous solde la maison 

Alors, À l’aube de cette nouvelle vie , qu’arrivera t’il à Joan et Marlon ?

David Foenkinos : Le mystère Henr
David Foenkinos : Vers la beauté

 

 

 

Titre : Vers la beauté

 

Auteur: David Foenkinos

 

Editeur: Gallimard

 

Nombre de pages

 

 

 

Vers la beauté de David Foenkinos,  le souffle de l’art, ses effets bénéfiques et apaisants, ses résonnances et ses nuances nous entrainent dans une comédie dramatique écrite avec beaucoup de poésie et de finesse par l’auteur. 

Vous l’aurez compris, c’est  un roman ou l’art et la beauté tiennent le devant de la scène,  jolie palette de couleur et d’émotion. L’idée est la quête de la beauté comme remède, l’auteur ébauche le pouvoir réparateur de l’art comme il l’avait déjà évoqué dans son très beau roman « Charlotte ». Un beau roman touchant bouleversant où se mêle du suspens, de la douceur et de la délicatesse.  Un hymne pour l’art et la vie. L’auteur instaure un climat intime, des personnages abimés,  écorchés en butte avec eux-mêmes.

 

Antoine, brillant professeur aux Beaux-Arts de Lyon, décide du jour au lendemain de tout plaquer : son travail qu’il adore, son appartement, sa ville ...Il fuit semble-t-il une rupture amoureuse, mais  il est évident qu’un événement dramatique en est vraiment la cause. Il postule à un poste sous qualifié au musee d’orsay comme gardien où Mathilde, la DRH  l’embauche. 

Antoine  a un besoin de silence et de beauté,  tel un moine, il n’a plus de vie sociale et une vie amoureuse inexistante,  il ne parle plus à personne, la seule personne qui trouve grâce à ses yeux et avec qui il discute est Jeanne Hébuterne,  la muse de Modigliani. Chaque matin il chuchote à son oreille et s’enivre du souffle de sa beauté  qui l’aide à rester debout et faire face 

Mais voilà, il va être rattrapé par son passé et il  va décider de l’affronter dans un élan de reconstruction, un passé lié à une autre vie blessée, celle de Camille,  hantée par un drame étudiante en Art, peignant elle-même avec beaucoup de talent et d'originalité.... Deux destins qui vont se croiser! Une double histoire poignante, où l'Art, la peinture ont une place prépondérante, source de vie pour les protagonistes de l’histoire ....

 

Un roman que je vous recommande , un coup de coeur 💕 suivra , je n'en doute pas.

Brigitte Kernel : Jours brûlants à Key West
Brigitte kernel : Jours brûlants à Key West

 

 

 

 

 

 

 

Titre : Jours brûlants à Key West

 

Auteur: Brigitte Kernel

 

Editeur: Flammarion: 19 euros

 

Nombre de pages: 267 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous voulez vous perdre sous une chaleur écrasante, caressante et charnelle , si le soleil de la Floride vous attire et si vous aimez les huis clos sensuels, intrigants avec un parfum de secret ,si les années 50 vous fascinent ainsi que le charme de la jeune Françoise Sagan, si vous aimez la psychologie sulfureuse, sentimentale, vous ne pourrez que savourer et avoir envie de plonger dans ce roman. 

C’est un immense coup de cœur pour le roman de Brigitte Kernel, jours brûlants à Key West. C’est un très beau livre qui parle de l’essence de la vie avec ses douceurs , ses douleurs , un livre qui évoque un chapelet de sentiments humains : l’amour, le désir de l’autre, la possession,  la jalousie, la peur de perdre ce que l’on aime, le sentiment d’abandon et de rejet , les fantômes du passé , mais aussi ceux du présent, les doutes , les regrets.

 

Un roman riche porté par les personnages qu’on y  croise , par leurs fibres romanesques et torturées et par leurs tourments d’écrivains . On y retrouve une scénique magistrale, une histoire racontée par Franck , se confiant à B , une Brigitte Kernel fictive de l’époque .

 

Nous sommes en avril 1955,  Françoise Sagan a dix neuf ans , son roman Bonjour Tristesse vient de sortir en Amérique ; mais , voilà, la jeune Françoise en pleine promotion , s’ennuie et déprime. De son côté Tennessee Williams en compagnie de son amant Franck Merlo , est à Key West en Floride , en plein fignolage de son roman, La chatte sur un toit Brulant. Carson McCullers, une écrivaine cohabite avec eux. Tenessée est curieux de rencontrer Sagan et donc il la convie à les rejoindre.

Cela ne va pas fort entre les amants , des suspicions d’infidélités, plus un éloignement d’amour lassé , d’amour qui s’ennuie.Carson, elle , broie du noir. Sagan , rayon de soleil, source de vie va rallumer la flamme du désir , ces êtres vont s’observer ,  s’etreindre , s’aimer , se repousser , se jalouser. Plus rien ne sera comme avant pour eux après.

Un livre qui vous prend au cœur, vous transporte , vous emporte

Marc Levy : Une fille comme elle
Marc Levy : Une fille comme elle

 

 

Titre : Une fille comme elle

 

Auteur: Marc Levy

 

Editeur: Robert Lafon

 

Nombre de pages

 

 

 

 

Une envie de bonheur, une envie de couleur, un sourire sur vos lèvres , un  vent de vie souffle dans vos veines , des bruits , des odeurs s’insufflent en vous , nul doute vous êtes en train de parcourir une fille comme elle de Marc Levy. 

L’auteur nous offre une jolie comédie romantique,  un très bon roman plein d’humanité qui bouge de  bas en haut de haut en bas au rythme d’un ascenseur.

Une histoire où des destins, des personnalités se croisent, des gens cohabitent sans véritablement se connaitre, se cotoyer. La toile de fond est new yorkaise , nous nous trouvons dans l’immeuble 12 de la chic 5ème avenue.

Au cœur de cet immeuble , on y trouve  Deepak,  Indien de Bombay,  qui en est le liftier depuis trente ans , il a vu passer beaucoup de personnes aux histoires différentes. Il connaît tout de la vie, du caractère et des habitudes des habitants. Il est devenu une sorte de confident. Au dernier étage, vivent Chloé, qui passe des castings pour des livres audio, et son père, professeur d’économie. Chloé est rescapée de l'attentat de Bostonen , elle est en chaise roulante. Mais un beau jour,  voilà que Sanji, un membre de la famille de Deepak, fait son apparition et pourrait bien bousculer certaines existences, surtout Sanji n’imaginait pas rencontrer une fille comme elle…

 

Au-delà de la comédie romantique, l’auteur nous offre un roman multi face qui évoque les préjugés liés au handicap et surtout qui montre que l’amour  est plus fort que tous les préjugés, de classe, de culture et d’apparence physique et  il parle aussi de l'aspect dichotomique de  la société indienne, entre modernité et carcans liés à la tradition.

Des personnages  travaillés, une héroine Chloé pétillante, pleine de gaité, qui irradie dans le livre .

 

Avez-vous lu ce roman ? Qu’en avez-vous pensé ?

Un joli coup de coeur pour cette comédie New-yorkaise,  que je vous recommande de lire ...

Paul Oster : Massif Central
Paul Oster : Massif Central

 

 

 

Titre: Massif Central 

 

Auteur: Christian Oster 

 

Editeur: de l'olivier : 16, 50

 

Nombre de pages: 154

 

 

 

 Ce roman Massif Central  a un mérite énorme selon moi, il ne peut laisser indifférent , soit , on accroche , on adore,  soit on déteste totalement.


En ce qui vous concerne , je vous avoue avoir pris un réel plaisir à sa lecture c’est un roman brillant, un récit hallucinant et captivant.

Paul Oster nous raconte tel un virtuose l’histoire d’un quinquagénaire , Paul architecte dépressif poursuivi par un de ses anciens amis , on a une fuite de cet homme face à ses craintes et ses tourments, l’auteur biaise sur la réalité ou sur la fiction, réalité vraie d’un homme pourchassé ou paranoia d’un homme perdu dans le dédale de sa personnalité .


Un roman sombre à l’écriture tarabiscotée, alambiquée, torturée, mariant les temps du subjonctif, une écriture à l’image de l’esprit de cet homme. 
Maud a quitté Carl Denver pour aller vivre avec Paul, un ami du couple. Quand Paul, à son tour, quitte Maud, s'apercevant qu'il ne l'aime plus . C'est la catastrophe.... Paul décide de fuir Paris pour protéger sa vie, qu'il imagine menacée par Carl. Il va provisoirement s'installer chez des amis en pleine campagne.


Mais comment se cacher dans le Massif central quand on est obsédé par un homme. Guettant le moindre moindre signe évoquant la présence de Carl Denver, Paul sillonne les routes pour brouiller les pistes faisant des escales de ci et là , croisant des personnages étranges, aux histoires quasiment peut vraisemblables, il se déplace pour brouiller les pistes.
Enfin, trouvant l'exil dans un hôtel, il attend le moment inéluctable, le moment fatidique où l’ombre de Carl prendra vie. Fiévreux, il le redoute autant qu'il l'espère, sorte exécutoire de ses fautes : coupable de ne plus aimer la femme pour laquelle il a trahi son ami . 


Massif Central, ce titre si fort , représentant le spectre de son esprit tortueux et la montagne que Paul se fait de la vengeance possible de Carl 
Un roman , sorte de road movie de l'esprit , spirale de l'enfermement psychique , avec une fibre d'humour noir que j'ai adoré .

Qu'elle est la réalité de l'histoire de Paul, à vous de le déterminer , si c'est possible ....

Emmanuelle Pirotte: Loup et les hommes
Emmanuelle Pirotte: Loup et les hommes

 

 

 

 

Titre : Loup et les hommes

 

Auteur : Emmanuelle Pirotte

 

Editeur : Cherche Midi Editeur 

 

 

 

 

Très beau coup de cœur  pour un excellent roman historique qui nous mène de France en terre Iroquoise, livre dépaysant d’Emmanuelle Pirotte, Loup et les hommes.

 

L'auteure en véritable conteuse nous transporte dans un voyage au XVII ème siècle, atmosphère romanesque,  récit peuplé d’aventures, de tumulte, d’émotions, un écrit plein de verve et de piquant. Toute l’essence des grandes fresques se retrouvent dans cette épopée, de l’amour, des scènes de combat homérique, une tapisserie sociale réaliste mêlée de couleurs et de noirceurs, de la violence si présente à cette époque, un amour fraternel mêlé de jalousie, de la bravoure, de la trahison, des rencontres.

 

Hiver 1663. Armand, marquis de Canilhac, entrevoit au cou d’une Amérindienne un saphir qu’il reconnait comme un bijou appartenant à son frère Loup, qui par sa faute fut condamné vingt ans plus tôt aux galères et qu’il croyait mort. Rongé par ce passé, le marquis embarque sur le Saint-Jean Baptiste avec Valère pour la Nouvelle-France à la recherche de son frère. Qu'est il devenu? Sur le bateau des images de son passe refont surface son enfance avec Loup son demi frère ...si différent ... Où le mènera vraiment ce voyage ? 

Ce roman nous plonge dans des cultures, des us et coutumes différents, nous emmène à la découverte de magnifiques descriptions de paysage, évoque le destin de ces femmes qu’on envoie épouser des émigrés …

Des personnages forts et attachants, notamment, Loup, qui brille de mille feux dans ce roman, héros charismatique plein de puissance, de force, de charme, de brutalité, un être à l’ intérieur sombre et tourmenté, au corps massif et musclé, portant les marques de ses très nombreux combats, de ses nombreuses aventures amoureuses et érotiques. 

Un roman d’aventure, certes, mais au fil de pages, une conquête de soi et de l'Homme s'amorce, une reconquête de l'âme se profile, sorte d’itinéraire initiatique 

Ce roman n’est pas l’écrin de ce saphir, mais il en est le bijou 

Vous l’aurez compris, un roman passionnant que je vous recommande 

vivement

 

Je remercie les éditions cherche midi et Net Galley pour cet envoi. 

 

Dany Rousson: l'été retrouvé
Dany Rousson: l'été retrouvé

 

 

Titre: L'été retrouvé

 

Auteur: Dany Rousson

 

Editeur: Presse de la Cité

 

Nombre de pages

 

 

 

 

L’été retrouvé de Dany Rousson , très joli roman du terroir , plein de poésie , l’auteure nous décrit les paysages en véritable artiste peintre, on sent l’amour qu’elle porte à ces terres vraies, havre de paix , des terres belles et humaines .... Un roman fleuri, ensoleillé , un roman qui respire l’été à l’image de la superbe couverture , on se plait à s’imaginer dans ce petit village , assis sur une petite place.....à regarder jouer la petite et espiègle Pia , une des héroines du roman.....Dont les commentaires et les propos sont une des saveurs du livre . 

Dans un petit village du Gard, Lazare est un bel homme , calme, intelligent, réfléchi, ; il mène une vie tranquille, ébéniste de profession, c’est un célibataire endurci. Il a pour voisine Séraphine, la jolie maman de Pia, il l’apprécie beaucoup, mais n’est pas entreprenant avec elle. Tout va changer quand Gérald revient, Gérald c’est le grand ami des seize ans de Lazare. Il y a vingt-trois ans qu’ils ne se se sont pas vu .... Une violente dispute, après un accident survenu à Elisa (dont ils étaient tous les deux épris )et qui a eu raison de leur amitié et qui a conditionné leurs vies sentimentales. Les deux ex amis partent en quête de ce corbeau  et cherche àretrouver Elisa , afin de savoir si c’est elle qui se cache derrière ses lettres .....Que s’est il passé .... Quel est donc ce secret qu’ils cachent ?

 

Ce roman est un tableau à ciel ouvert , qui mélange suspens, sentiments, amitiés renaissantes, amours contrariées ....des personnages attachants plein de d’humanité et de bienveillance .Les remords sont sincères, les repentis authentiques, les amours vraies et ne demandent qu’à s’épanouir au soleil de Provence.

 

 

Titre:

 

Auteur:

 

Editeur:

 

Nombre de pages

 

 

Entrez dans la danse , que du plaisir, truculence , anachronisme , jeu de mots, sarcasme,  musicalité du texte , vieux langage populaire ,  font la force de ce roman ,  langage cru , contexte violent , misère , crasse  naviguent  avec famine, folie et sorcellerie . L’auteur  refait l'histoire, à sa manière décalée, délirante, débridée , déjantée avec une plongée dans le sordide où se côtoient  infanticide et cannibalisme .

 

A Strasbourg, au début du XVIe siècle,  la pauvreté et la famine règnent en maitre dans la ville. Cette faim et cette misère vont conduire à l’impensable , comme il n’y a plus d’animaux , plus de nourriture,  les berceaux vont se transformer en garde manger , la femme de l’imprimeur  Enneline , prie d’un accès de démence jette son nourrisson ne pouvant plus le nourrir et ne désirant pas qu’il soit mangé dans la rivière et se met à danser sans s’arrêter ; l’épidémie grandit  et la population prise de folie lui emboite le pas dans une danse endiablée , danse macabre qui  n’a de cesse de continuer jusqu’à la mort .

 

Le maire est pris d’effroi et crie à la folie mais profite quand même de la situation ,  l’évèque  faussement pétrifié d’angoisse  en fait indifférent , pense au diable  et fait preuve d’une morgue au vitriol, quant au médecin, il en appelle à la médecine.

Tous voient devant leurs yeux les cadavres s’amoncelaient , les danseurs périrent , se décomposer ,  pourrir dans  une sorte de rêve party envoutante. Episode sanglant sans aucun manichéisme ,  personne n’est gentil , personne n’est méchant. Aucun sentiment  ne transparaît, que  de l'indifférence. Elus politiques , les médecins et les prêtres ne sont pas là pour  comprendre ce qui se passe , mais pour se poser en accusateur ,  pour éradiquer et surtout pour sauver leur peau. 

Personnages hauts en couleur auxquels on s'attache, l'auteur nous fait aimer ces hommes  mourant d'inanition ou  dans des  souffrances. 

Delphine de Vigan : Les loyautés
Delphine de Vigan : Les loyautés

 

 

 

 

 

 Titre: Les loyautés

 

Auteur: Delphine de Vigan

 

Editeur:JC Lattes :

 

Nombre de pages :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Très bon livre. Un roman structuré sombre, noir, dur, porté par des personnages bouleversants et balayé par une écriture sobre et délicate. L’auteure explore les liens qui nous attachent aux autres.

 

Ses fameuses loyautés … Loyauté de l’enseignant envers son élève , loyauté de l’enfant divorcé envers ses deux parents , loyauté de l’amitié ….. Roman à quatre voix , Hélène , prof de Svt , qui a connu la maltraitance dans son enfance avec un père sadique et une mère volontairement aveugle , s’inquiète pour un de ses élèves Théo , qu’elle pense être maltraitée , d’une maltraitance invisible à l’œil ….

 

Théo 12 et demi, parents divorcés, vit balloté en garde alternée entre deux mondes hostiles celui de son père au chômage et une mère qui frôle la crise de nerf perpétuelle…. Théo est pris en tenaille entre les deux , théo est otage d’un problème d’adulte qui le néglige , Théo subit , Théo endure , Théo se tait et les écoute et se noie …..Mathis est l’ami de Théo , ils se cachent tous les deux sous l’escalier de la cantine au collège pour boire des alcools forts ….La mère de Mathis , Cécile , n’approuve pas la relation entre les deux ados, c’est une femme traumatisée , fragile au couple défaillant. Des êtres en souffrance, vacillant qui sombrent se relèvent et se perdent

Un roman âpre, qui montre avec justesse, réalisme et tristesse une société , notre société avec ses problèmes de couples qui parfois resurgissent sur les enfants , des ados en quête de sublimation et d’une perte d’eux même et des adultes marqués à vie par leur enfance

Patrick Weber : une vie pour en finir
Patrick Weber: une vie pour en finir

 

 

 

 

Titre: Maggie, une vie pour en finir

 

Auteur: Patrick Weber 

 

Editeur:  Plon 

 

 

 

 

Deux guerres qui bouleversèrent à jamais des existences, changèrent  des destins . A l’image de Maggie, cette jeune anglaise modeste, qui se trouva au cœur de la tourmente. Maggie la grand-mère de Patrick Weber qui lui rend ici un fort bel hommage.  C'est le roman d’une vie marquée, meurtrie par de trop nombreux deuils. Un drame familial au cœur de la bourrasque qui souleva ce XXème siècle. 

Avec Maggie , une vie pour en finir, l’auteur se lance dans un voyage sur les traces de sa famille, sur cette grand-mère qu’il a fort peu connu.

Un roman intense, qui se décline à la première personne , il fait vivre Maggie, la fait évoluer sous nos yeux, on la sent, la voit , son émotion est palpable. Un récit passionnant, vibrant , émouvant, fort, douloureux qui parle d’amour, de passion, de mort avec en toile de fond les grands changements européens, la guerre, le socialisme, le nazisme, la guerre froide etc 

La force de ce roman c’est son côté intemporel et universel , bien qu’étant un roman autobiographique. En effet n’importe quelle femme pourrait se retrouver dans le personnage clef de Maggie, toutes ses femmes qui durant les guerres attendent des nouvelles de leurs proches, espèrent, redoutent, pleurent de douleurs, de joie, de soulagement et restent plus ou moins en retrait , perdurant et protégeant leur famille, continuant à sauvegarder la société , soignant les blessés.

Maggie est issue d'une famille de 7 enfants, originaire de la ville d'Altrincham. A 16 ans, en 1915, elle devient infirmière. Quand arrive un blessé Belge, Joseph Aerts , sa vie est bouleversée. Un bel amour naît entre ces deux êtres et ils se marient en 1919. 

Elle va quitter sa famille si chère à son cœur, sa ville, son pays pour accompagner Joseph à Bruxelles, une nouvelle vie, teintée de craintes. De cet amour, deux enfants vont naitre. Et puis la maladie va rattraper Joseph et l'emporter la laissant seule, éteinte, anéantie. Hélas, suite à cette terrible épreuve, la seconde guerre mondiale explose qui va tout bouleverser.

Une histoire tragique mais si belle, un hommage plein de tendresse, d’amour pour une grand-mère.

 

Un roman que je vous recommande.

 

Merci à Netgalley et aux éditions Plon.

Cizia Zyke: Alma
Cizia Zyke : Alma

 

 

Titre: Alma

 

Auteur: Cizia Zyke

 

Editeur: Taurnada

 

Nombre de page

 

 

 

 

Un gros coup de cœur pour Alma de Cizia Zyke , un très bon roman , conte noir et baroque au style narratif vivant, brillant, caustique, ironique, original, l’auteur devient le « conteur », comme il se plait à le dire , et quel conteur , magistral, avec une verve truculente, il s’adresse directement au lecteur, le harangue et donne une vie intense à son roman ... Il nous narre avec ironie et sur un ton décalé, une sorte de fable noire où folie, bétise se battent la première place , au centre de cela , l’innocence incarnée avec la douce Alma qui dit entendre la voix de dieu. Quand on sait que l’histoire se déroule durant le moyen âge, en toile de fond, le cœur de l’Espagne en pleine période d’inquisition, vie, mœurs de l’époque, quartier juif et le tout jonchés par les tortures et exécutions de l’époque ... On imagine bien que notre Alma n’est pas née à la bonne époque , mais il y a-t-il une bonne époque car hélas, nous sommes le vivant exemple que fanatisme religieux et  racisme ont perduré à travers les années .

1480, Alma nait au coeur de l'Espagne, dans la ville-dont-on-ignore-le-nom. Un an après sa famille juive tout comme le peuple juif est exterminée de cette ville. Seule survivante, Alma est amenée à Séville chez une de ses tantes. Mais notre petit ange est juif, dans un monde de chrétien qui pense seul avoir le droit d’exister et à ce nom se croit tout permis. 

En 1492, la traque est de retour. Tous fuient, mais pas Alma, Alma et son sourire, Alma et sa sagesse, Alma qui parle à Dieu, la belle Alma auréolée de sa gentillesse, Alma va vers son destin .... Certes, nous sommes dans un conte mais hélas ils ne finissent pas toujours comme on le voudrait 

Ecrivain non conventionnel talentueux qui nous laisse là un dernier roman court , à l’image du temps qui lui restait avant que la faux vienne le cueillir , lui l’homme épris de liberté , un roman fort, percutant, à l’image de sa vie , un roman plein de piques et de vérités face à notre société , car l’histoire n’est qu’une répétition.

 Cizia Zyke nous entraine avec lui dans son dernier voyage et quel voyage, sa dernière cavalcade !!!

Un roman que je vous conseille ardemment !!!