Olivier Bourdeaut : En attendant Bojangles
Olivier Bourdeaut : En attendant Bojangles

 

Titre :En attendant Bojangles

 

Auteur :Olivier Bordeaut 

 

Editeur :

Finitude (2016) 15,50 euros

Folio (2018) 

 

Nombre de pages : 158 

 

 

 

Coup de cœur, excellent roman d'Olivier Bourdeaut. 

C'est une très belle  histoire d'amour, à la fois emplie de tragédie, remplie de tendresse et pétillante de vie avec un souffle d’optimisme , sorte d’ode à la vie et à l’amour fou,  véritable tourbillon de danse et de mots, on se laisse transporter par la musique.

Un roman drôle, original, subtil, avec un brin de mélancolie , une larme de désespoir nichée dans une boite à musique où l’on trouve des perles  d’humour.

Un style vif, fluide et poétique qui vous enveloppent et mènent la danse. On virevolte sur Bojangles de Nina Simone et il y a du Boris Vian dans l'air  Famille déjantée,  fils en extase, Louise et Georges forment un couple hors norme , elle femme-enfant, fantasque , flamboyante, extravagante qui promène en laisse un oiseau , une grue de Namibie,  qu’elle a surnommée mademoiselle superfétatoire , lui qui nomme son épouse tous les jours avec un nom différent , et le fils, petit garçon intelligent qui vit la vie de ses parents même si il est conscient qu’un ordre doit exister !

Et quelle vie ils vivent !!! Une vie de fêtes et de plaisirs perpétuels, on danse, on rit dans le salon,  on reçoit des amis, on cumule le courrier sans jamais l’ouvrir et on boit des cocktails colorés. Ici on vit le présent , les lendemains n’existant pas.

 

Le petit garçon sert de narrateur, le père nous interpelle de temps à autre par le biais de ses carnets secrets et c’est grâce à lui que nous découvrons l’histoire et le devenir de cette étrange famille...où,  la mère , feu follet est la matrice de l’histoire , qui nous entraine dans son vertige amoureux et dans ses chimères ....

Mais , ne risque t’elle pas un jour d’aller trop loin malgré la vigilence de son fils et de son époux...

Des passages touchants, émouvants , parfois tragiques , mais toujours exprimé de manière pudique , tendre et avec ce délice d’humour. 

Mélanges de rires et de larmes, un réel plaisir à lire.

 

Et on y respire un  magnifique air de folie qui donne le  rythme.

Un roman à découvrir absolument !!!

David Foenkinos : Le mystère Henri Pick
David Foenkinos : Le mystère Henri Pick

 

 

 

 

Titre: Le mystère Henri Pick

 

Auteur: David Foenkinos

 

Editeur:

Gallimard (2016) : 19,50 euros

Folio (2018) : 7,80 euros

 

Nombre de pages: 285/322

 

 

 

 

 

 

 

Gros coup de cœur pour un excellent roman, divertissant, pétillant, truculent, brillant .... plein de verve et de malice avec une pointe d’acidité. On jubile en parcourant les lignes, je vous parle du mystere Henri Pick de David Foenkinos.

Roman très bien construit et rythmé aux chapitres courts. L’auteur nous offre une vision ironique sur le petit monde de la littérature. Tout le monde en prend pour son grade, éditeurs, commerciaux, journalistes, critiques bibliothécaires sans oublier les auteurs ....et les lecteurs .... un ton badin pour faire passer le tout !!! Mais une dénonciation de certains systèmes , car hélas un succès littéraire est aussi une affaire de marketing. 

En Bretagne, à Crozon, un bibliothécaire a décidé de recevoir les livres refusés par les éditeurs. Donc tous les auteurs ne pouvant pas être publiés chez un éditeur amènent leur livre dans cette bibliothèque. Une jeune éditrice Delphine Despero de Paris vient en vacances accompagné de son ami Frédéric , écrivain peu reconnu dans cette ville. Et elle y découvre par hasard un roman exceptionnel qui sort du lot , petit chef-d’œuvre écrit par un certain Henri Pick qui tenait une pizzeria et qui est mort depuis deux ans.

 

D’après sa femme et sa fille il ne lisait pas et ne peut pas avoir écrit ce livre, qu’importe , le livre va être édité et aura un énorme succès. Sa publication va avoir des énormes répercussions notamment dans l’entourage de l’auteur mais aussi pour un journaliste, Jean Michel Rouche chroniqueur, licencié par Le Figaro Littéraire, qui se met en quête de fureter sérieusement dans cette histoire d’auteur secret dont il doute de la véracité et surtout un scoop qui le propulserait sur le devant de la scène 


Des personnages nombreux qui défilent sous nos yeux et une chute finale que je vous laisse découvrir et savourer 

Regis Jauffret : Cannibales
Regis Jauffret : Cannibales

 

 

 

Titre: Cannibales

 

Auteur : Régis Jauffret

 

Editeur: Du Seuil

 

Nombre de pages :

 

 

 

 

 

 Roman épistolaire qui a le mérite de ne pouvoir laisser indifférent , vous aimez , vous détestez , mais vous ressentirez quelque chose . En ce qui me concerne j'ai beaucoup aimé "ces liaisons dangereuses revisitées".

 

Noémie est une artiste peintre de 24 ans , elle vient de quitter Geoffrey de 30 ans son ainé. Elle écrit une lettre à la mère de ce dernier, Jeanne, octogénaire ,  pour lui faire part des motifs de sa rupture. De là une relation épistolaire va voir le jour entre les deux femmes , centrée sur l'absent omniprésent Geoffrey. Cette correspondance tout d'abord froide va se transformer en une complicité diabolique , grandissante allant jusqu'au paroxysme et la perversité basés sur la rancoeur , la haine qu'elle vouent à Geoffrey.

Une idée folle, va traverser Jeanne dévorer son fils et Noémie va envisager de participer à cette orgie cannibale.Comment les deux femmes ont elles pu arriver à un tel projet , vous le découvrirez en lisant leurs correspondances.

 

 Huis clos épistolaire ponctué de quelques missives de Geoffrey. Les deux femmes discutent des relations homme , femme , de l'amour. Nous nous trouvons en présence d'un conte parfois drôle, cynique, caustique,  cruel . Nous sommes en présence de deux femmes  blessées une par la perte du seul homme qu'elle ait aimé , Geoffrey, prénom  qu'elle a donné à son fils , l'autre collectionneuse d'histoire d'amour  dont l'orgueil a été floué tant elle espérait que son amant qu'elle a quitté, essayerait de la récupérer ne pouvant vivre sans elle. Deux femmes prises de folies vengeresse , une qui a voué une haine toute sa vie à son fils , l'autre totalement narcissique et s'imaginant la dernière des merveilles. Roman passionnant et féroce,  écrit d'une main magistrale.

Les mots, la rhétorique , les figures de style évoluent au fil du roman , donnant cet aspect paroxystique et un rythme brillant , à la fois lent , devenant vif et soudain déroutant 

Un roman à découvrir

Camille Laurens : Celle que vous croyez
Camille Laurens :Celle que vous croyez

Titre : Celle que vous croyez 

 

Auteur : Camille Laurens

 

Editeur :

Gallimard(2016): 17,50 euros

Follio(2017): 6,60 euros

 

Nombre de pages: 185 / 210

 

 

Roman intelligent , brillant,  incisif, surprenant et original ; avec une belle écriture captivante.

Tout débute sur le doute , à l'aube de la cinquantaine, Claire, divorcée doute de son pouvoir de séduction, le doute déferle en elle et elle se met à douter de la fidélité de son amant. Pour le tester, elle décide de s'inventer un profil Facebook,objet de ses fantasmes . Et Claire devient Claire , 24 ans brune et désirable ; prise à son propre piège, en surveillant son amant , elle tombe amoureuse de Chris le meilleur ami de celui ci. Jeux de miroirs , Claire prend le pas sur Claire et devient l'idéale féminin parfait  de Chris dont Claire est tombée amoureuse, tout en sachant que lui c'est de son double virtuel dont il est lui amoureux.

Le roman enfourche les diktats sur la séduction, le désir passé un certain âge. Il aborde la fuite du temps, les sentiments amoureux, le désir absolu d'une femme de vivre dans un monde où l'injustice lié au sexe existe. Il ouvre une réflexion sur les relations réelles/virtuelles qu'on peut entretenir sur le net

 

Edouard Louis : Histoire de la violence
Edouard Louis : Histoire de la violence

 

 

 

 

Titre: Histoire de la violence 

 

Auteur: Edouard Louis 

 

Editeur :

seuil: 18 euros

point: 7,10 euros

 

Nombres de pages:

 

 

 

 

 

 

 

Très bon roman qui ne peut laisser indifférent.

Histoire de la violence de Edouard Louis, roman polyphonique à l’ histoire dure , très bien écrite , sans aucune concession avec même un brin d’autodérision , une analyse post traumatique , une sorte de thérapie par les mots avec même une certaine ambivalence , la victime dédouanant son agresseur le temps de prendre le recul nécessaire pour le détester ou pour se poser des questions existentielles Style original : avec une rupture des rythmes, et une forme narrative percutante , quoique peut être déroutante pour certains, la première personne, la voix d’Edouart, s'intercale sans cesse avec celle de sa soeur Clara qui elle , est, à la troisième personne.

Il se raconte en même temps que sa sœur raconte les faits à son mari. Deux voix aux accents différents, une plus stylée, raffinée, cultivée et l’autre plus simple, plus populaire...


Et petit à petit sous forme de flashback, on apprend ce qui s'est passé cette funeste nuit. Sorte de caméra omniprésente qui nous dirige et crée plusieurs angles de lectures , plusieurs voies qui finissent par se réunir pour ne former qu’une voix celle d’Edouard se parlant à lui-même.

On parle de violence sous toutes ces formes, de violence des sentiments, du combat intérieur qu’Edouard se livre , du regard social, de la famille, des non-dits et mensonges ..... Edouard rentre chez lui place de la République , après avoir passé le réveillon avec ses amis , il croise Réda en quête d’aventure , qui commence à lui narrer sa vie , son père émigré Kabyle.....Séduit , Edouard l’invite chez lui à prendre un verre , Reda vole son téléphone à Edouard qui le vit très mal et de là tout dérape .... En proie à la panique Reda , frappe , viole et essaye de l'étrangler avant s’enfuir en lui demandant pardon , mise en scène théâtrale , à l’image des grands classiques
L'auteur parle aussi de sa révolte contre le racisme, contre l'homophobie. Sont ils si différents Édouard et Reda, tous les deux ayant connu le rejet ?

 

Un roman que je vous conseille

Mathilde Monnet : 14 ans harcelée
Mathilde Monnet: 14 ans harcelée

 

 

 

 

 

 

 

Titre : 14 ans Harcelée

 

Auteur: Mathilde Monnet

 

Editeur : Mazarine: 18 euroS

 

Nombre de pages: 308 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bonjour un post  sur le très beau roman poignant , de Mathilde Monnet ,  14 ans Harcelée , un post qui me tenait à cœur , moi qui est un fils de 14 ans , qui heureusement pour lui ne connait pas , n’a pas connu ce calvaire , lui au contraire ayant une énorme côte de popularité.

Alors, comment peut on faire subir et comment peut on supporter , endurer ce que cette collégienne a vécu : brimades , insultes , humiliations.... Comment a-t-elle pu tenir courageusement face à ce déferlement incessant , perpétuel.... Pour tous ceux qui me suivent vous connaissez mon amour pour mettre en scène un livre ..... Là je vous avoue que j’ai voulu mettre à l’honneur Mathilde , C’est une belle personne extérieure  comme intérieure , et le plus bel hommage que je pouvais lui rendre c’ est de lui renvoyer son image dont elle a tant souffert dans un miroir , en lui disant Mathilde , tu es très belle. 

Tout a commencé par un jeu , sorte de blague d’ado . Mathilde entre en classe de sixième, son copain Laurent, copain de l’école primaire, l’appelle tout à coup «sale castor».

Point s’en faut , Mathilde est forte , elle rétorque ,  réplique et a le dernier mot car pour elle ce n’est qu’une petite joute verbale anodine. Hélas le jeu va tourner à l’enfer pour la jeune fille, la violence se rajoutant aux insultes , elle sera l’objet de brimades continuelles de nombreux élèves de sa classe  tout ça sans que le corps enseignant et ses propres parents ne s’en rendent compte , car Mathilde se tait , cache tout, intériorise énormément...jusqu'au jour où elle se confie, se délivre et portera plainte. Grâce à l’écriture salvatrice, Mathilde trouvera une échappatoire au harcèlement, sorte de thérapie. 

Nous sommes  dans une ère où des cas comme Mathilde sont récurrents et hélas ne finissent pas aussi bien .... Combien voit on à l’image de cette jeune fille qui a hésité elle-même des jeunes se suicider pour se perdre , et échapper à leur bourreau , à cette violence morale et physique. 

Un très beau livre à découvrir absolument, une belle écriture sobre et pleine d'émotion.