1 / Roman  , littérature Française

Olivier Bourdeaut , en attendant Bojangles

Titre :En attendant Bojangles

Auteur :Olivier Bordeaut 

Editeur :Finitude et Folio

 

Coup de cœur, excellent roman. C'est une très belle  histoire d'amour, à la fois emplie de tragédie, remplie de tendresse et pétillante de vie avec un souffle d’optimisme , sorte d’ode à la vie et à l’amour fou,  véritable tourbillon de danse et de mots, on se laisse transporter par la musique. Un roman drôle, original, subtil, avec un brin de mélancolie , une larme de désespoir nichée dans une boite à musique où l’on trouve des perles  d’humour. Un style vif, fluide et poétique qui vous enveloppent et mènent la danse. On virevolte sur Bojangles de Nina Simone et il y a du Boris Vian dans l'air  Famille déjantée,  fils en extase, Louise et Georges forment un couple hors norme , elle femme-enfant, fantasque , flamboyante, extravagante qui promène en laisse un oiseau , une grue de Namibie,  qu’elle a surnommée mademoiselle superfétatoire , lui qui nomme son épouse tous les jours avec un nom différent , et le fils, petit garçon intelligent qui vit la vie de ses parents même si il est conscient qu’un ordre doit exister ! Et quelle vie ils vivent !!! Une vie de fêtes et de plaisirs perpétuels, on danse, on rit dans le salon,  on reçoit des amis, on cumule le courrier sans jamais l’ouvrir et on boit des cocktails colorés. Ici on vit le présent , les lendemains n’existant pas.

 

Le petit garçon sert de narrateur, le père nous interpelle de temps à autre par le biais de ses carnets secrets et c’est grâce à lui que nous découvrons l’histoire et le devenir de cette étrange famille...où,  la mère , feu follet est la matrice de l’histoire , qui nous entraine dans son vertige amoureux et dans ses chimères ....

Mais , ne risque t’elle pas un jour d’aller trop loin malgré la vigilence de son fils et de son époux...

Des passages touchants, émouvants , parfois tragiques , mais toujours exprimé de manière pudique , tendre et avec ce délice d’humour. 

Mélanges de rires et de larmes, un réel plaisir à lire.

Et on y respire un  magnifique air de folie qui donne le  rythme.

 

 

Commentaires: 0

Jean-Michel Guenassia , De l'influence de David Bowie , sur l'influence des jeunes filles

Titre : De l'influence de David Bowie sur la destinée des jeunes filles 

Auteur : Jean Michel Guenassia 

Editeur : Albin Michel 

 

De l'influence de David Bowie sur la destinée des jeunes filles , ouvrage plein de fantaisie , drôle, tendre qui se lit fort vite , style léger et aérien, rythme rapide , récit haut en couleurs. C'est un roman très agréable, des personnages touchants, émouvants autant du point de vue de leurs qualités , que de leurs défauts ou faiblesses .

Paul est un adolescent androgyne, âgé de 17 ans , il a l'allure d'une fille, il se dit lesbien .Il ne connait pas son père, vit avec sa mère Lena , tattoueuse rock'n'roll fan de Harley Davidson , lesbienne qui vit avec Stella , plus mûre et conventionnelle. 

Pour convenir à sa mère , Paul lui dit être gay, alors qu'il n'est attiré que par la gent féminine.

Alors qu'il possède l'oreille absolue , sa mère s'oppose formellement qu'il fasse carrière dans la musique .

Néanmoins pour se faire de l'argent il devient pianiste dans le restaurant de Stella. Et par ce biais, il va faire connaissance de Caroline et Mélanie, deux jeunes femmes bisexuelles, qui chacune à sa façon va influencer la destinée de Paul.

Le roman traite les thèmes de l'identité sexuelle , de l'éducation, de la famille.

On y évoque les normes ou les non normes familiales à respecter, la quête de soi , de son identité sexuelle , de son identité personnelle.

Le roman fait la place à la différence, au respect des différences et à l'acceptation des différences. L'auteur nous brosse un tableau de moeurs divertissant avec des pointes d'humour et parfois de cynisme.

Enfin, me direz vous pourquoi ce titre, et bien vous le découvrirez en lisant le roman, et en apprenant comment Paul est lié à David Bowie 

Commentaires: 0

Régis  Jauffret, Cannibales

Titre: Cannibales

Auteur : Régis Jauffret

Editeur: Du Seuil

 

Roman épistolaire qui a le mérite de ne pouvoir laisser indifférent , vous aimez , vous détestez , mais vous ressentirez quelque chose . En ce qui me concerne j'ai beaucoup aimé "ces liaisons dangereuses revisitées".

 

Noémie est une artiste peintre de 24 ans , elle vient de quitter Geoffrey de 30 ans son ainé. Elle écrit une lettre à la mère de ce dernier, Jeanne, octogénaire ,  pour lui faire part des motifs de sa rupture. De là une relation épistolaire va voir le jour entre les deux femmes , centrée sur l'absent omniprésent Geoffrey. Cette correspondance tout d'abord froide va se transformer en une complicité diabolique , grandissante allant jusqu'au paroxysme et la perversité basés sur la rancoeur , la haine qu'elle vouent à Geoffrey.Une idée folle, va traverser Jeanne dévorer son fils et Noémie va envisager de participer à cette orgie cannibale.Comment les deux femmes ont elles pu arriver à un tel projet , vous le découvrirez en lisant leurs correspondances.

 

 Huis clos épistolaire ponctué de quelques missives de Geoffrey. Les deux femmes discutent des relations homme , femme , de l'amour. Nous nous trouvons en présence d'un conte parfois drôle, cynique, caustique,  cruel . Nous sommes en présence de deux femmes  blessées une par la perte du seul homme qu'elle ait aimé , Geoffrey, prénom  qu'elle a donné à son fils , l'autre collectionneuse d'histoire d'amour  dont l'orgueil a été floué tant elle espérait que son amant qu'elle a quitté, essayerait de la récupérer ne pouvant vivre sans elle. Deux femmes prises de folies vengeresse , une qui a voué une haine toute sa vie à son fils , l'autre totalement narcissique et s'imaginant la dernière des merveilles. Roman passionnant et féroce,  écrit d'une main magistrale. Les mots, la rhétorique , les figures de style évoluent au fil du roman , donnant cet aspect paroxystique et un rythme brillant , à la fois lent , devenant vif et soudain déroutant 

Commentaires: 1
  • #1

    bibliblogueuse (vendredi, 29 décembre 2017 17:48)

    J'ai trouvé ce roman très dérangeant et merveilleusement écrit. Le rythme m'a emportée tout au long du livre, même si certains aspects m'ont laissée perplexe.

Christian Laborie, La promesse à Elise

Titre : La promesse à Elise 

Auteur : Christian Laborie 

Editeur : Presse de la cité

 

Belle lecture, jolie histoire d'amour et d'amitié. Une plongée au coeur des Cévennes d'après guerre.

Nous sommes en 1956, la jeune Adèle Gensac prend ses fonctions : son premier poste d'institutrice à Saint-Jean-du-Gard en plein coeur des Cévennes.

Tandis qu'elle prend ses marques et ses repères, elle s'intéresse de plus près à une de ces élèves, intelligente, brillante, mais muette....Elise .

Elise est née de père inconnu, sa mère Lucie affronte avec audace , l'opprobre des habitants concernant cette situation.

Au fil de ses rencontres avec ses deux femmes , au fur et à mesure de son attachement grandissant pour la tendre Elise . Adèle devient la confidente de la petite , lit son journal intime et découvre avec une infinie tristesse et effroi , ce que la petite a vécu .....

Ecriture fluide, malgré quelques  longueurs présentes au début du roman , une intrigue un peu longue à se mettre en place . Un roman bien structuré , certains vous diront un peu trop , en quatre parties :

-  la rencontre entre Elise et Adèle

-  le récit de la triste enfance d 'Elise -  le secret de la naissance d'Elise racontée par la mère de la petite.

-  la quête des origines

Des souvenirs qui nous renvoient durant la deuxième guerre mondiale, durant une période difficile et de souffrance où certains amours ne pouvaient voir le jour. Un roman sur les secrets de famille et sur la douleur que cela engendre.

Les personnages sont attachants Adèle est omniprésente, dans la discrétion, elle révèle les secrets , mais n'oppose aucun jugement, elle est pleine d'empathie.

Commentaires: 0

Lola Lafon , Mercy Marry Patty

Titre : mercy marry patty

Auteur : Lola Lafon

Editeur : Actes Sud

 

Excellent livre de Lola Lafon , mercy Mary Patty , vision d'une Amérique aux prises avec le racisme, l'inégalité sociale, une Amérique loin du rêve Américain.... Des dialogues âpres , l’auteure étudie la danse de la vie , la rythmique des corps, enchaîne les idées tout en laissant voguer les esprits en liberté

Dans ce roman, au début on entend des voix, ce sont celles perçues au travers des enregistrements de Patty Hearst , 19 ans , petite-fille d’un milliardaire , magnat de la presse américaine , enlevée en 1974 par un groupuscule d’extrême gauche ….Une Patty qui en quelques semaines , va épouser les causes de ses ravisseurs au grand drame de tout le monde... Ce tout le monde qui criera au lavage de cerveau , syndrome de Stockholm , folie passagère... Donc l’auteure va partir de ces évènements, Patty devient Tania , et elle  va réunir dans une fiction deux autres femmes Mercy Short et Mary Jamison, kidnappées respectivement en 1690 et 1753 par des tribus indiennes et ­refusant d’être « libérées » et de rentrer dans leurs familles d’origine. Trois destins de femmes montrant une volonté commune de refuser de continuer une existence dans la conformité , refuser de vouloir poursuivre la route qu’on leur a tracé…

On leur adresse,  des  forces de l'ordre et des  corps médicaux (armée, police, psychiatres, prêtres) pour les remettre dans le droit chemin …. Disons dans le chemin qu’on veut qu’elles suivent. Toutes  ces femmes sont en phase de quête d’elle-même , elles écrivent leur liberté.Des femmes qui se sentent plus libres avec ceux qui sont censées les retenir prisonnières qu'au sein des leurs. 

L'auteure rajoute  deux autres personnages, deux universitaires . La professeure américaine de 34 ans Gene Neveva chargée par les avocats de la famille Hearst de se livrer à une expertise psychologique de Patty en vue du futur procès ; l'étudiante landaise de 19 ans Violaine est recrutée pour bâtir une thèse acceptable du lavage de cerveau. Un beau regard de femmes qui s'élèvent contre les injustices et refusent l'ordre établi

Commentaires: 0

Camille Laurens, Celle que vous croyez

Titre : Celle que vous croyez 

Auteur : Camille Laurens 

Editeur : Gallimard

 

 

Roman intelligent , brillant,  incisif, surprenant et original ; avec une belle écriture captivante.

Tout débute sur le doute , à l'aube de la cinquantaine, Claire, divorcée doute de son pouvoir de séduction, le doute déferle en elle et elle se met à douter de la fidélité de son amant. Pour le tester, elle décide de s'inventer un profil Facebook,objet de ses fantasmes . Et Claire devient Claire , 24 ans brune et désirable ; prise à son propre piège, en surveillant son amant , elle tombe amoureuse de Chris le meilleur ami de celui ci. Jeux de miroirs , Claire prend le pas sur Claire et devient l'idéale féminin parfait  de Chris dont Claire est tombée amoureuse, tout en sachant que lui c'est de son double virtuel dont il est lui amoureux.

Le roman enfourche les diktats sur la séduction, le désir passé un certain âge. Il aborde la fuite du temps, les sentiments amoureux, le désir absolu d'une femme de vivre dans un monde où l'injustice lié au sexe existe. Il ouvre une réflexion sur les relations réelles/virtuelles qu'on peut entretenir sur le net

Commentaires: 0

Agnès Martin Lugand,  J'ai toujours cette musique dans la tête

Titre: J'ai toujours cette musique dans la tête

Auteur : Agnès Martin Lugand

Editeur :Michel Lafond 

 

Yanis et Véra ont environ quarante ans , tout semble leur réussir , ils sont fous amoureux , ont des adorables enfants , une bonne situation , donc ils ont tout pour être heureux. Mais , voilà  Yanis travaille avec le fère de Véra ,  Luc ; mais il  vit de plus en plus mal cette  collaboration car Luc est architecte et Yanis autodidacte .

L'un est raisonné et prudent , l'autre est entreprenant et veut aller de l'avant. 

Un énorme chantier se propose à eux , Yanis est fou de joie et Luc le refuse Poussé par sa femme et financé par Tristan, le  client providentiel qui leur a proposé ce chantier , Yanis se lance à son compte....

Le début d'une belle aventure , ou le début d'un cauchemar , le début de la réussite ou une descente aux enfers ...

A vous de voir , à vous de lire !!! Très bon livre que j'ai bien aimé , lecture facile , écriture fluide 

J’ai toujours cette musique dans la tête est une histoire de famille , elle narre  l’histoire d’une famille  que rien ne semble atteindre , que l'amour semble passer au dessus de tout … J’ai toujours cette musique dans la tête évoque l'amour , l'amitié , la confiance , la peur de perdre ce que l'on , parle de pardon et de compréhension .

Mais aussi on fait face à l'envie , le désir , la manipulation , le doute face au moi  le moi  Etude de moeurs et de socièté , un roman humain parfois dérangeant mais n'est ce pas le propre de l'homme et un hymne à l'amour du couple , à l'amour familial plus fort que tout 

Commentaires: 0

Mathilde Monnet , 14 ans Harcelée

Titre : 14 ans Harcelée

Auteur: Mathilde Monnet

Editeur : Mazarine

 

Bonjour un post  sur le très beau roman poignant , de Mathilde Monnet ,  14 ans Harcelée , un post qui me tenait à cœur , moi qui est un fils de 14 ans , qui heureusement pour lui ne connait pas , n’a pas connu ce calvaire , lui au contraire ayant une énorme côte de popularité.

Alors, comment peut on faire subir et comment peut on supporter , endurer ce que cette collégienne a vécu : brimades , insultes , humiliations.... Comment a-t-elle pu tenir courageusement face à ce déferlement incessant , perpétuel.... Pour tous ceux qui me suivent vous connaissez mon amour pour mettre en scène un livre ..... Là je vous avoue que j’ai voulu mettre à l’honneur Mathilde , C’est une belle personne extérieure  comme intérieure , et le plus bel hommage que je pouvais lui rendre c’ est de lui renvoyer son image dont elle a tant souffert dans un miroir , en lui disant Mathilde , tu es très belle. 

Tout a commencé par un jeu , sorte de blague d’ado . Mathilde entre en classe de sixième, son copain Laurent, copain de l’école primaire, l’appelle tout à coup «sale castor».

Point s’en faut , Mathilde est forte , elle rétorque ,  réplique et a le dernier mot car pour elle ce n’est qu’une petite joute verbale anodine. Hélas le jeu va tourner à l’enfer pour la jeune fille, la violence se rajoutant aux insultes , elle sera l’objet de brimades continuelles de nombreux élèves de sa classe  tout ça sans que le corps enseignant et ses propres parents ne s’en rendent compte , car Mathilde se tait , cache tout, intériorise énormément...jusqu'au jour où elle se confie, se délivre et portera plainte. Grâce à l’écriture salvatrice, Mathilde trouvera une échappatoire au harcèlement, sorte de thérapie. 

Nous sommes  dans une ère où des cas comme Mathilde sont récurrents et hélas ne finissent pas aussi bien .... Combien voit on à l’image de cette jeune fille qui a hésité elle-même des jeunes se suicider pour se perdre , et échapper à leur bourreau , à cette violence morale et physique. 

Un très beau livre à découvrir absolument, une belle écriture sobre et pleine d'émotion. 

Commentaires: 0

Frappe toi le coeur, Amélie Nothomb

Titre : Frappe toi le coeur   ,

Auteur : Amélie Nothomb

Edition : Albin  Michel

 

 Comment résumer l'histoire , sans trahir l'auteur et son absence d'indications...

C'est Marie , jeune , très belle ,amoureuse de son image et de l'aura qu'elle produit auprès de tous , Marie qui se nourrit de l'enviosité des autres à son égard  , Marie qui tombe enceinte et se met à jalouser son très joli bébé Diane , la privant d'amour maternel.

C'est l'histoire  de Diane , très belle , très intelligente , sensible et souffrant du manque d'amour de sa mère et désirant  qu'une chose se faire aimer d'elle , jusqu'au jour où elle doit se résigner et chercher ailleurs à combler ce vide de l'être aimé , mais parfois quand le manque d'amour est si présent , on se voile le coeur et ne voit pas le schéma se reproduire   Marie , Diane , Célia , Elisabeth , Olivia etc ...

Ce sont les femmes que met en scène Amélie , dans son roman avec un maitre mot récurrent l'envie , envie d'être désiré , envie de faire naître l'envie , envie d'être aimée , envie de recevoir de l'amour , envie d'avoir envie , envie de vivre ou de survivre ......

 

En lisant ce roman , je me suis fondue dans l'histoire , c'est un excellent roman , le style est sec , froid , parfois dur dépouillé d'artifices , de figures de style , de termes ostentatoires , pas de fioriture et c'est dans ça aussi que réside le charme et l'impact du roman 

Commentaires: 0

Véronique Olmi , Bakhita

Titre : Bakhita

Auteur: Véronique Olmi

Editeur: Albin Michel 

 

Bouleversant , émouvant , le roman de Véronique Olmi , raconte une histoire vraie , l'histoire d'une femme d'exception   Bakhita 

Elle est née en 1869 au Darfour , elle est enlevée à l'âge de 7 ans dans son village par des négriers musulmans .

La malheureuse va connaitre l'esclavage et toutes les infamies , atrocités , horreurs qui vont de paire : peur , humiliation , faim , douleur , torture . 

A 14 ans , son existence va être bouleversée lorsqu'elle est rachetée par le consul d'Italie , elle part  vivre en Italie , elle sera baptisée ,  affranchie  à la suite d'un procès retentissant à Venise et elle décidera de se consacrer à Dieu ,  deviendra religieuse , s'occupera d'enfants et sera canonisée par Jean Paul II

Histoire dure  que celle de cette enfant qui ne se souvient pas de son passé , de son nom , Bakhita est le nom que lui ont donné les négriers qui l'ont enlevé , mais qui se souvient de sa soeur jumelle à qui elle a été arrachée . 

 

Histoire poignante d'une femme remarquable , esclave , domestique , religieuse  à la grande force et qui , elle , qui n'a pas reçu d'amour sait en donner aux enfants pauvres dont elle s'occupera .

Roman très bien écrit , style sobre , froid qui donne encore plus de puissance aux mots ,  roman qui ne peut laisser indifférent qui que ce soit , car des Bakhita , il en existe encore , hélas , à travers notre monde actuel 

Commentaires: 0

Thierry Poncet , Zyke l'Aventure

 Titre : Zyke l'Aventure 

Auteur : Thierry Poncet 

Editeur : Taurnada 

 

Je viens vous parler d'un roman que j'ai fortement apprécié  ZYKE  L’aventure de Thierry Poncet. 

Une surprenante mais très intéressante découverte. Un roman percutant , incisif, tranchant,  un roman foisonnant de répliques truculentes qui claquent comme un fouet , un roman étonnant et détonant , qui peut et se veut être dérangeant . Un roman totalement dépaysant au rythme effréné , car vous allez parcourir des latitudes et des latitudes et des continents sur un certain nombre d’années.

Un roman d’aventures , où on parle de vie, de machisme, de femmes et d’hommes, de drogue, de sexe, de prostitution, d’amour, d’ivresse, de liberté , d’abus, de larcins.... Une fuite dans un voyage existentiel à la solde du bonheur,  une quête de l’essence de la jouissance , une recherche de la quintessence et de la déliquescence de l'existence .Un roman qui est un hymne , une ode à la vie et à tous ses excès .

Et pourtant, ce n’est pas que ça , ce roman est aussi , un roman d’une admiration sans borne d’un homme pour son « maitre » de vie et de pensée , une belle histoire d’amitié fidèle entre ces  deux hommes qui va naitre et grandir au fil des années . Deux hommes non codifiés,  non stéréotypés, non conformiste à la maturité immature.

Quand  Cizia Zykë et  Thierry Poncet se rencontrent en 1984, ce dernier a 24 ans.

L'un cherche un secrétaire pour finir la rédaction de ses livres, l'autre une sorte de mentor à admirer et  rêve d'une vie aventureuse , de là va naitre une amitié de plus de 25 ans.

 Ils vont parcourir le monde , Maroc, Mali, Australie, Birmanie en quête de sensations fortes, d’aventures ....Ils écriront à deux, de nombreux romans et vont vivre une vie de richesse et de misère , ponctuée d’opulence et d’infortune au gré de leurs succès et de leurs échecs , le tout en menant une vie dissolue de frasques diverses.

 

Un très bon livre qui se veut vrai , autobiographique,  à découvrir 

Commentaires: 0

Eric Reinhardt , la chambre des époux

Titre: La chambre des Epoux 

Auteur: Eric Reinhardt 

Editeur : Gallimard 

 

La chambre des époux de Eric Reinhardt est un roman ne laissant pas indifférent  on aime ou non. Et je vous avoue avoir vraiment bien aimé.

L’auteur y  associe autofiction et double mise en abyme. Il parle d’un couple dans la tourmente d’une maladie grave . Dans ce livre en réalité, l’histoire n’est pas linéaire, plusieurs histoires gigognes se développent, se croisent, se mêlent dans une construction en puzzle. Ce roman parle de la puissance de l'art et de l'amour, ce qui pourrait sauver des vies , une sorte d'ode. L'imaginaire de l'auteur est des plus fertiles. Un mélange de romantisme, de sophistication, d’élégance,  un style souvent tranchant, arrogant , tourmenté, impudique et sensible,  il ne cesse de suivre son fil d’Ariane, une sorte de quête de la beauté censée sauver le monde ceci à travers l'amour et l'art.

En 2006, Margot, son épouse, est atteinte d'un cancer du sein tandis qu'il peine à finir Cendrillon. Elle lui propose un défi : elle se battra contre la mort s'il se bat avec l'écriture. Ils vont lutter ensembles. Ils gagnent. Le cancer vaincu, succès de Cendrillon. La littérature a aidé à échapper à la mort.

Compositeur de musique dans un récit gigogne, Nicolas aide Mathilde, son épouse, dans sa bataille contre son cancer du sein. Elle a le même « requiem » que Margot : continuer chaque jour pour elle la symphonie qu'il a commencée, bientôt nommée La Chambre des époux.Comme Margot, Mathilde va guérir et comme Eric, Nicolas va réussir son oeuvre. Mais voilà que les deux s'imaginent guérir une 3ème femme, Marie, dont ils tombent éperdument amoureux. Toujours M … aime ….Dans ce contexte sombre et tragique, on  trouve aussi de l’humour, de l’autodérision, l’auteur se moque de lui-même, se moque des autres. Un style donc en nuance et une rythmique musicale. Dans le théâtre de Paul Claudel, la puissance du silence était incontestable . Ici, l’auteur joue avec les silences comme il le ferait avec de la ponctuation pour exprimer sa sensibilité et ses émotions. Une phrase commence avec un personnage et finit avec un autre.

Commentaires: 0

Eric Emmanuel Schmitt, La vengeance du Pardon

Titre: La vengeance du pardon

Auteur : Eric-Emmanuel Schmitt

Editeur : Albin Michel

 

Très bon  recueil de nouvelles  , 4 nouvelles indépendantes , 4 histoires où avec un certain sens du suspens l'auteur suit un fil conducteur de la culpabilité au pardon . Quatre visions différentes et  néanmoins complémentaires de la notion de pardon . Un pardon inattendu , impensable , incroyable ou malvenu .Un pardon qui va nous plonger dans un questionnement personnel et qui a toujours pour toile de fond la famille. Un thème récurrent ,  la vengeance peut elle conduire au pardon et le pardon est-il une forme de vengeance .La 1ere nouvelle , les soeurs  Barbarin, met en scène des jumelles où une des deux va tyranniser sa soeur toute sa vie par jalousie , mais ,  elle sera continuellement pardonnée par sa soeur .La 2ème , mademoiselle Butterfly , l'empire financier d'un banquier va se trouver en danger suite à l'escroquerie mise en place par son fils .et là on touche au pardon des parents pour masquer leur irresponsabilité .La 3ème ,la vengeance du pardon , une femme entretient une étrange relation avec un meurtrier en série , condamné à la perpétuité pour crimes barbare .La 4ème ,  dessine moi un avion est une revisite du petit prince  de saint Exupery dans laquelle une petite fille  demande à un ancien pilote de la Wehrmacht âgé de 92 ans  de lui dessiner un avion.

Quatre nouvelles prenantes , avec des personnages étoffés qui captent l'attention du lecteur. J'ai eu une nette préférence pour la 1ère et la 3ème nouvelle , la 1ère où Moisette commence à jalouser Lily pour tout et que cette dernière lui pardonne toujours , un pardon pour elle insupportable et qui ne fait qu'attiser sa haine et la 3 ème , éprouvante , où cette mère cherche à comprendre les raisons qui ont poussé cet  homme a tué et violé sa fille et elle espère qu'il lui demandera enfin  pardon .Un recueil très bien écrit , qui ne peut laisser indifférent

Commentaires: 0

Leila Slimani , le jardin de l'Ogre

Titre : Dans le jardin de l'ogre

Auteur :Leila Slimani 

Edition : Gallimard et Folio 

 

Bonsoir à tous , Leila Slimani ,  j’avais adoré sa «chanson douce », alors j’ai voulu découvrir son précédent roman, dans le jardin de l’ogre … Et je vous avouerai que j’ai été surprise et qu’il m’a beaucoup plu.

 L’auteure va peindre  le portrait d'une femme en souffrance,  Adèle,  à la libido totalement  insatiable, un mélange de contradictions , une femme toute en nuance et une montée en puissance dans le goût de l’interdit . L’ogre sexuel qui vit en elle la consumant petit à petit .

 

Adèle a semble t’il une vie ordonnée, elle  possède tout ce qu’une femme pourrait désirer. Elle a un mari qui l’aime, Richard, chirurgien dans un grand hôpital.  Ils ont un petit garçon, Lucien, que son père adore. Elle est  journaliste,  ce qui lui permet de voyager. Mais, voilà  Adèle n’est pas heureuse. Ce qui est conventionnel l’ennuie, puis l’énerve, puis lui devient insupportable. Toutes les contraintes sociales, familiales, professionnelles lui pèsent de plus en plus .  Même l’amour de son fils lui semble contraignant. 

Adèle  va rechercher  des liaisons  plus ou moins suivies , de plus en plus intenses , exacerbées, un mélange de don d’elle-même, d’abandons de soi, un leitmotiv récurent , être prise encore et encore  par des amis de son mari, par des collègues, par des inconnus , une course frénétique au sexe . Elle essaye parfois de lutter , mais elle ne peut parvenir à faire taire ses pulsions .  De quoi souffre Adèle , nymphomanie , addiction sexuelle , une quête de la douleur qui la maintient en vie , une douleur qui la transperce , une sorte d’auto destruction , personnelle et sociale .

Elle ne vit qu’au travers de l’objet sexuel qu’elle représente pour les autres , et le désir qu’elle fait naitre chez eux , elle s’en nourrit ,  elle a besoin de souffrance ,  d’avilissement , de dépravation  pour exister. Une sorte de suicide sexuel . Adèle ne s’aime pas , elle ne s’aime qu’à travers la jouissance qu’elle produit chez l’autre .

Est-ce que la vérité éclatera , est ce que son mari apprendra la maladie de sa femme et que deviendra Adèle ?

Commentaires: 0

Delphine de Vigan, Les heures souterraines ,

Titre : Les heures souterraines 

Auteur : Delphine de Vigan

Editeur: livre de poche 

 

Très bon roman dans lequel l'auteur nous dépeint avec réalisme et une grande justesse , le désarroi , le mal être , la solitude de deux personnes intérieurement  seuls au milieu de tous. Mathilde , la quarantaine est cadre dans un grand groupe , elle élève seule ses trois enfants , brillante, dynamique , appréciée de tous et surtout de son patron. Jusqu'au jour où elle a le malheur d'osé contrer ses propos et là tout chavire , son trajet quotidien devient une souffrance , le harcèlement moral que lui fait subir son patron devient incessant ... Elle  prend conscience qu'elle était son jouet , sa marionnette  et qu'il peut la briser . Tous lui tournent le dos ,  la solitude l'avale petit à petit .

A côté de Mathilde , il y a Thibaud , médecin  urgentiste la quarantaine qui sillonne Paris dans sa voiture se rendant au chevet des malades dont beaucoup l'appelle pour combler l'absence , l'absence de vie , la solitude . Thibaut qui lui même n'est pas heureux et qui vient de quitter une femme qu'il aime mais qui ne l'aime pas , une femme juste capable de lui offrir son corps mais pas ses sentiments.

Deux personnages attachants avec un plus pour Mathilde qui ne tombent jamais dans le pathétique Roman sombre , profond , qui décrit parfaitement ce monstre qui s'insinue en vous ,vous fatigue , vous mine et vous avale .Le mal de la solitude ... On espère , sans vraiment y croire que ces deux êtres esseulés vont se croiser ....Est-ce cela la prédiction du 20 Mai que la voyante a annoncé à Mathilde . Et quand bien même , hantés par leurs rêves et plongés dans leur détresse , se trouveront ils même si ils sont un jour face à face

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Philippe Vilain ,  La fille à la voiture rouge

Titre : La fille à la voiture rouge

Auteur : Philippe Vilain

Editeur : Grasset 

 

Très beau coup de cœur pour la fille à la voiture rouge de Philippe Vilain , superbe roman, autofiction brillamment écrite.  Excellente analyse des états de l’amour, la rencontre, le vertige, la passion, la volupté, les mensonges, les doutes, la jalousie, la rupture, la culpabilité. Tous ces sentiments intenses  que l’auteur va décortiquer avec talent, un brin de Stendhal , une larme de Flaubert. Sans oublier ses tourments et sa solitude d'écrivain qui apparaît en toile de fond.

 

En soit l’histoire serait banale , une rencontre amoureuse  entre un bel homme la quarantaine et une ravissante étudiante la vingtaine , une histoire comme on peut tous  en connaître, au hasard d’un regard furtif, un émoi peut se produire et vous projeter dans les vagues de l’amour. Sauf que là la belle vous annonce qu'elle est malade, condamnée, l'écrivain narrateur, alors, redouble  d'amour, d’attention pour cette beauté  éphémère … Ils s'aiment avec ferveur et fièvre sous le ciel de Capri, font des projets d'avenir sorte d'Oraison amoureuse…. Mais hélas ce n’est pas la maladie qui va les conduire dans l’abime mais les mensonges d'Emma. Leur couple pourra t'il y résister ? 

Au-delà de ce narrateur pris dans les affres de la passion pour sa jeune fashionista , mélange de douceur, candeur, provocation, désirable, capricieuse, manipulatrice et mythomane, c’est le jeu de plume de l’auteur qui est déterminant dans le roman. Valse de badinerie, marivaudage, passion, déraison, lucidité avec un brin de cynisme… Philippe Vilain joue entre fiction et réalité au gré des pages , on « admire » la naïveté du narrateur auquel on ne croit pas vraiment, on suppute que le fait de croire à l’histoire d’Emma,  sa fausse vie et maladie la rend plus inaccessible donc plus désirable... Un amour impossible donc idéalisé …Une  peur d’aimer ?  D’être aimé ?  Un narrateur séducteur romantique en quête de l’amour,  de l’amour parfait …sûrement … Mais aussi en quête de lui-même …. Un virtuose des mots qui apprend à aimer des émojis 😉, un roman et un auteur à découvrir absolument …………… 

Commentaires: 0

Martin Winckler, Les histoires de Franz

Titre : les histoires de Franz

Auteur : Martin Winckler

Editeur : Pol

 

Il faut savoir que c'est la suite du roman Habraham et fils , mais qu'on peut très bien lire le second opus , sans avoir lu le premier .

L'histoire se passe à Tilliers fin des années 60 , début des années 70 . Dans la famille Farkas ( famille recomposée ) , il y a :

-le père Abraham ,médecin responsable de la maternité de Tilliers

-la mère Claire milite au planning familial

-la fille Luciane , qui rêve d'émancipation

-le fils Franz écrit , tient un journal

Par un astucieux mélange de va et vient , ils vont tous ,  nous faire découvrir , mais mieux encore nous faire vivre  les conséquences des années 68 , la cause des femmes et les divers séquelles  de la guerre d’Algérie ...

Le tout sur fond d'adolescence  boutonneuse , d'émois des premiers amours , de musique et de cicatrices encore fragiles de la guerre d'Algérie . Roman très agréable à lire , polyphonique , chaque chapitre est presque une nouvelle à lui tout seul et chaque personnage est percutant et donne la vie au roman .  L'histoire ne se crée pas autour et à travers les personnages , ils sont l'histoire .

 

Très bon roman qui m'a donné envie , à retardement de lire le premier tome  Habraham et fils et qui m'a permis de découvrir l'écriture de Martin Winckler

Commentaires: 0

2/ Roman , littérature étrangère

Paulo Coelho, L'espionne

Titre : L'espionne 

Auteur : Paulo Coelho

Editeur : Flammarion

 

L'auteur fait de Mata Hari , une femme provocante, orgueilleuse, méprisante , adulée , violée , incomprise , femme-enfant mal aimée . Mais surtout une femme libre dans un monde d'hommes.

Mata Hari , Margaretha Geertruid Zelle de son vrai nom, n'a pas un sou vaillant en poche quand elle arrive à Paris. Elle rêve de luxe , elle rêve de liberté . Elle devient danseuse osant se devetir devant les plus riches et les plus puissants . Le «tout-paris» l'adule.Elle ensorcelle tous les hommes , mais son mode de vie défraie la chronique , choque , inquiète , attise les jalousies , et attire les soupçons d'autant plus en période de guerre , où règne trahison et espionnage. Et elle qui gravite au sein des plus puissants va en faire les frais .

Paulo Coelho dresse le portrait de Mata Hari , une héroïne au goût de vivre intense , éprise de liberté, une liberté et un mode de vie qui lui coûteront la vie.

Le livre est écrit à la première personne du singulier, le je récurrent, car l'auteur donne la parole à cette femme, qui écrit à son avocat depuis sa cellule, des lettres qu'il devra remettre à sa fille.

Le roman , basé sur deux longues confidences épistolaires fictives ne  parle pas des relations qu'elle entretient avec les hauts dignitaires, mais nous offre une version romanesque de sa vie . Elle restera un mystère fascinant , coupable, non coupable, coupable d'innocence  fantasme de nombreux hommes

Commentaires: 0

Anna  Hope , Le chagrin des vivants

Titre : Le chagrin des vivants 

Auteur : Ana Hope 

Editeur :  Gallimard

 

Très belle lecture , très beau roman . Un roman vivant  malgré le sujet du deuil , de son acceptation ou non , que l'auteur évoque avec un style moderne et prenant .Le roman se déroule durant les cinq premiers jours du mois de novembre 1920 , l'Angleterre attend l'arrivée du soldat inconnu et cet événement  va être le catalyseur si on peut dire pour trois femmes issues de milieux différents :Ada , qui  a perdu son fils à la guerre et qui  est hanté par son souvenir , elle croit le voir partout autour d'elle et la souffrance inexorable de ce deuil l'éloigne de plus en plus de son conjoint Evelyn , amère , furieuse , contre une guerre qui lui a pris l'amour de sa vie , son fiancé et qui depuis se noie dans le chagrin et le désespoir qui lentement  la consume Hettie , jeune , insouciante qui danse au Palais et qui croise au hasard de ses danses des hommes , des anciens soldats , des mutilés de guerre , Hettie qui n'a qu'une seule envie que k les souvenirs de la guerre s'estompe , comme si elle n'avait jamais existé Trois femmes , si différentes et pourtant si proches qui recherchent le point d'équilibre entre passé , présent et avenir ..... Quelle vie peuvent elles espérer, à vous de le découvrir .....Pour un premier roman ,  Anna Hope signe vraiment une très belle réussite ..... Que ce regard de ces femmes , sous fond de cette société qui sort d'une meurtrissure dure à refermer ...

Commentaires: 0

Yasmina Khadra, L'attentat

Titre : L'attentat 

Auteur : Yasmina Khadra 

Editeur : Juillard et Pocket 

 

Un très bon roman, une très belle réussite sur un sujet brûlant et toujours présent . L'attentat est un livre dur , l'auteur nous offre un roman poignant, une plongée dans l'impensable, une réalité vécue par les juifs et les palestiniens....Un roman de paix au sein d'une guerre fratricide. Aucun manichéisme, ni parti prix ...chacun croit avoir raison, chacun a ses torts, chacun lutte avec les mêmes armes , laissant à terre des corps meurtris , parfois méconnaissables , mais un corps reste un corps , et un je t'aime se décline dans les deux langues .

Yasmina Khadra  nous conte l'histoire d'Amine ,de souche arabe et de nationalité israélienne,  brillant chirurgien apprécié de tous qui vit dans un quartier résidentiel de Tel Aviv avec son épouse Sihem . Un jour se produit l'effroyable, celle qu'il chérit depuis 15 ans , meurt dans un attentat survenu dans un restaurant , et le comble de l'horreur survient pour lui , quand on lui apprend que son épouse est le Kamikaze qui a tué 17 personnes dont 11 enfants.Comment survivre , comment raisonner face à l'impensable? Amine perd ses repères, beaucoup lui tourne le dos et lui si intégré devient un étranger . Il part en quête de la vérité , d'une vérité pour apaiser ses tourments , faire la paix dans son coeur avec l'inimaginable.

Belle écriture , sobre , Yasmina Khadra décrit merveilleusement le désarroi d'Amine , sa découverte d'un monde et d'une guerre  dont il avait fait abstraction jusque là , il s'ensuit un retour  à ses racines ... Enfin  le commencement et le final du roman où tout commence et tout fini est triste mais d'un réalisme à s'y méprendre.

Commentaires: 0

Alejandro Palomas , Une mère

Titre : Une mère 

Auteur : Alejandro Palomas 

Editeur : Cherche Midi 

 

Gros coup de cœur ce soir  pour un roman, une mère de Alejandro Palomas.

Logiquement, on n’achète pas un livre pour sa couverture et pourtant, je suis sure que si je faisais un sondage, je serais surprise . Mais, vous m’avouerez qu’en voyant celle ci , on ne peut que craquer et en plus qu’en vous  lirez le livre ,  vous vous rendrez compte que vous avez affaire à un petit bijou à la prose délectable et truculente,  quel plaisir !

 

De la tendresse, de la douceur, de l’humour, de l’ironie , des rires et des larmes , un style fluide , agréable , une pointe de suspens , des personnages qui ne laissent pas indifférents , ce livre est un bouquet de sentiments , d’émotions à l’effluve maternelle . Un roman pétillant , un brin farfelu à l’image d’Amélia le personnage clé,  et qui en fait tout son charme Un roman  qui vous transperce le cœur .

 

Barcelone,  Amalia justement , 65 ans souffrant de cécité à 64%, divorcée est très heureuse ; ce soir, elle va réunir le temps d'un dîner de Saint Sylvestre toute sa petite famille. Et quelle famille, ses 3 enfants : Silvia qui viendra sans son mari Norvégien, Emma et sa compagne Olga, Fernando le petit dernier ( gay , lui aussi ) et l'oncle Eduardo, vieux célibataire don juan noceur . Autour de la table il y aura aussi les deux chiens ( Shirley minuscule gremlin  et l'énorme Max dogue allemand ) et le 7° couvert , celui des absents..

De là,  Fernando, le narrateur, nous raconte leur histoire 

Tous traînent un passé douloureux, mais leur force est l'humour et  tous s'aiment, oh oui ils s'aiment et je peux vous dire que vous allez les aimer.

 Certes , il y a aussi  des non-dits, des secrets, de ressentiments . La nuit sera longue mais riche et profitable …et  au bout de la nuit, il y a la lumière du jour.

 

Le centre du roman vous l’avez compris c’est Amalia ,  une mère avec  un grand M ,  merveilleuse , viscérale ,  animale …. Et qui malgré quelques faiblesses , un zest d'excentricité est le socle de la famille.

A découvrir absolument si vous ne l'avez pas lu.

Commentaires: 0
Commentaires: 0