Anna Hope : La salle de bal
Anna Hope : La salle de Bal

 

 

 

Titre : la salle de bal

 

Auteur: Anna Hope 

 

Editeur: Gallimard: 22 euros

 

Nombre de pages : 388

 

 

 

 

Très gros coup de coeur , pour la salle de Bal de Anna Hope grand prix des lectrices de Elle, magnifique roman à trois voix , bâti de façon magistrale . Une véritable scénique dramaturgique, on virevolte entre amour, folie, peur. On est transporté par les descriptions des paysages et par la psychologie des personnages, un flot de sentiments déferlent en nous. Un roman humain , sensible, tout en contraste , une plume où le réalisme se mêle à la délicatesse. Une histoire bouleversante, mettant en lumière le monde effrayant des asiles du début du siècle dernier où le traitement des personnes atteintes de maladie mentale était proche de la barbarie et ce pénible constat que la pauvreté et la folie étaient aux yeux de la médecine quasiment synonyme .Un livre très bien documenté.

1911 dans le Yorkshire, dans l’asile d’aliénés de Sharston, Ella, jeune ouvrière y est conduite car voulant voir la lumière du jour dans la filature où elle travaille depuis l’enfance, elle a cassé de rage une vitre et à cette époque il en fallait peu pour être qualifiée de malade mentale. Elle est examinée par le Dr Charles Fuller qui a mis en place une thérapie passant par la musicologie, ainsi, les plus sages pensionnaires sont conviés à un bal tous les vendredis soirs , seule occasion de mixité. Là, ella va y rencontrer John, paysan irlandais souffrant de mélancolie depuis la mort de sa petite fille et sa séparation d'avec son épouse
C’est dans cette salle que ces deux êtres solitaires, ces deux écorchés, ces deux révoltés , vont s’aimer, rêver de liberté, s’écrire de très belles lettres.
Jusqu’où les mènera ce rapprochement ....Et où l’ambition de Charles le conduira t’il ? La folie est elle toujours là où on le croit ?

Alejandro Palomas: une mère
Alejandro Palomas: une mère

 

 

 

 

Titre : Une mère 

 

Auteur : Alejandro Palomas

 

Editeur :

Cherche midi Editeur: 21 euros

Pocket: 7,50 euros

 

Nombre de pages :      / 316

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Très gros coup de cœur ce soir pour un roman, une mère de Alejandro Palomas 

Logiquement, on n’achète pas un livre pour sa couverture et pourtant, je suis sure que si je faisais un sondage, je serais surprise . Mais, vous m’avouerez qu’en voyant celle ci , on ne peut que craquer et en plus qu’en vous lirez le livre , vous vous rendrez compte que vous avez affaire à un petit bijou à la prose délectable et truculente, quel plaisir !

De la tendresse, de la douceur, de l’humour, de l’ironie , des rires et des larmes , un style fluide , agréable , une pointe de suspens , des personnages qui ne laissent pas indifférents , ce livre est un bouquet de sentiments , d’émotions à l’effluve maternelle . Un roman pétillant , un brin farfelu à l’image d’Amélia le personnage clé, et qui en fait tout son charme Un roman qui vous transperce le cœur .

Barcelone, Amalia justement , 65 ans souffrant de cécité à 64%, divorcée est très heureuse ; ce soir, elle va réunir le temps d'un dîner de Saint Sylvestre toute sa petite famille. Et quelle famille, ses 3 enfants : Silvia qui viendra sans son mari Norvégien, Emma et sa compagne Olga, Fernando le petit dernier ( gay , lui aussi ) et l'oncle Eduardo, vieux célibataire don juan noceur . Autour de la table il y aura aussi les deux chiens ( Shirley minuscule gremlin et l'énorme Max dogue allemand ) et le 7° couvert , celui des absents..
De là, Fernando, le narrateur, nous raconte leur histoire 
Tous traînent un passé douloureux, mais leur force est l'humour et tous s'aiment, oh oui ils s'aiment et je peux vous dire que vous allez les aimer.
Certes , il y a aussi des non-dits, des secrets, de ressentiments . La nuit sera longue mais riche et profitable …et au bout de la nuit, il y a la lumière du jour.

Le centre du roman vous l’avez compris c’est Amalia , une mère avec un grand M , merveilleuse , viscérale , animale …. Et qui malgré quelques faiblesses , un zest d'excentricité est le socle de la famille.